lundi 16 novembre 2015

Lundi Librairie : 2084 : la fin du monde - Boualem Sansal




L'Abistan, l'empire totalitaire aux soixante provinces, dirigé par Abi le Délégué immortel de Yölah, vit depuis la Grande Guerre Sainte contre la Grande Mécréance selon les stricts préceptes des textes sacrés du Gkabul que les hauts fonctionnaires de l'état, l'Appareil, font appliquer grâce à un système de surveillance de tous les instants. Confinée, la population est interdite de circulation sauf pour participer aux grands pèlerinages. Ati, habitant de la capitale Qodsabad, était un parfait croyant avant d'être forcé d'aller soigner sa tuberculose dans un sanatorium situé dans de lointaines montagnes. Lorsqu'il revient de son long séjour, il est guéri mais le doute a fait son chemin en lui. Sa rencontre avec Nars, un archéologue d'état, qui vient de découvrir un intrigant village antique parfaitement intact qui pourrait remettre en cause les fondements de l'Abistan, le pousse à s'interroger. Ati cherche alors des réponses à ses questions en tentant de rencontrer un peuple de renégats vivant sans religion dans des ghettos souterrains. Sa quête le mènera jusqu'aux murailles de la Cité de Dieu derrière lesquelles s'exercent le pouvoir absolu.  

Conte noir apocalyptique, 2084 est un roman d'anticipation qui reprend et prolonge la problématique du classique de George Orwell, 1984. Entre fantastique et réalisme, le futur possible, et d'autant plus effrayant, développé par Boualem Sansal renvoie aux troubles actuels. L'auteur se penche avec talent sur l'abîme vertigineux des dérives du radicalisme religieux qui menace les démocraties à travers une fable foisonnante sur fond de tyrannie mystique. De la mort des civilisations surgit le règne de la soumission.

Dictature universelle sanglée dans des infrastructures intellectuelles et industrielles, tyrannie religieuse et administrative, le joug de l'Abistan concentre tous les outils des totalitarismes de notre Histoire moderne, les pires violences du despotisme et de l'obscurantisme. La religion tentaculaire régit l'existence du peuple entièrement soumis au dogme. Neuf prières par jour, justice expéditive à coup de fouet, lapidations et autres exécutions publiques, lavage de cerveaux, réécriture de l'Histoire quand elle n'est pas purement et simplement effacée, obéissance aveugle, toute pensée a été bannie. Et pour empêcher la réflexion, la formulation d'idées complexes, une nouvelle langue, l'Abilang, a été imposée.

Dénonciateur légitime, Boualem Sansal, ancien fonctionnaire algérien, met ses talents de conteur au service d'un récit touffu, riche et ambigu. Style maîtrisé, langue inventive, l'écriture romanesque est complexe, le rythme lent, les dialogues rares. Subtil et grinçant, 2084 relève du cauchemar éveillée tant cette violente satire trouve d'échos dans notre monde contemporain. Une noirceur, une ironie froide et désespérée qui font de ce pamphlet un grand roman.

2084 : la fin du monde - Boualem Sansal - Editions Gallimard - Collection Blanche


2 commentaires :

Lisa Giraud Taylor a dit…

J'ai adoré ce roman ... Et honnêtement, je le relirai un de ces jours...

Caroline a dit…

Je l'ai trouvé passionnant. Sans ressentir forcément les longueurs dont tout le monde parle d'ailleurs. Beaucoup aimé.

Share this

Related Post