vendredi 9 octobre 2015

Mes Adresses : Le Clan des Jules, la brasserie sans chichis du Parrain des Batignolles - 7 rue Brochant - Paris 17



Chaque restaurant du groupe La Bonbonnière - Le Club des Cinq, Le Ptit Resto dans la Prairie, Les Fils à Maman pour ne citer qu’eux - a développé sa propre ambiance dans un décor décalé sur un thème assumé à chaque fois jusqu’au bout. Je ne suis pas loin de songer aux soirées des Ambassadeurs si vous voyez ce que je veux dire… Aux commandes du Clan des Jules, dans le quartier des Batignolles, Julien Hemmerdinger et Julien Perret nous embarquent au pays de la pègre dans une atmosphère de bar clandestin façon speakeasy et repère de mafieux. Fans de Boardwalk Empire, vous serez comme un poisson dans l’eau. Atlantic City, Chicago, New York des années 30, Le Clan des Jules nous emmène pour de rire sur les terres de la cosa nostra avec une cuisine de brasserie tendance d’inspiration italo-américaine mâtinée de bistrot français. 






 


Et il faut bien avouer que la décoration dézingue tout. Al Capone et Don Corleone à l’honneur pour un troquet pimpant truffé de clichés amusants sur la prohibition et les gangsters. Ca canarde dans les coins intimes où se retrouvent les amoureux tandis que ça dessoude sur les banquettes de moleskine rouge. Tables en bois sombre et murs en briques, luminaires industriels, éclairage tamisé tons sanglants, l’univers singulier du restaurant prend toute sa mesure dans les détails. Une bibliothèque lardée de vieux bouquins où les objets chinés, flacons de spiritueux, révolvers jouent les invités vedette. Au mur une mitrailleuse des années 20, une roulette portative,  sur le comptoir en bois façon saloon américain, un gramophone et une antique machine à écrire Underwood.  Une pièce secrète au sous-sol permet d’organiser des dîners autour d’une table ronde très mafia. Les Affranchis s’invitent même dans les toilettes mais je vous laisse la surprise. La terrasse est idéale aux beaux jours pour le brunch du dimanche.








Carte pleine d’humour, égayée de citations de fameux bad boys, les assiettes se veulent traditionnelles, généreuses et gourmandes. Cuisine de marché, avec entrées et plats du jour à l’ardoise, produits frais et fait maison, les patrons carburent à la simplicité de l’authenticité. Pour nous accompagner ce soir-là, un vin rouge, Côtes du Rhône Samorëns Ferraton Père et fils AOC 2014 -29 euro- à la robe grenat soulignée de profonds reflets rubis. Belle structure, arômes de fruits rouges très mûrs et d’épices, tannins fermes et charnus. Ça me botte !





Les entrées qui s’appellent au Clan des Jules, les Hors la loi, hésitent entre Italie et bistrot bien de chez nous. Je me penche sur « la soupe populaire » du jour, un velouté aux deux légumes -7 euro. Pomme de terre et céleri, ça glisse tout seul. Souplette roborative de saison généreuse et sans fioriture. Pas de chichis entre nous ! Izabel qui m’accompagne fait un sort au feuilleté de fêta aux légumes et salade verte - 8 euro. Nous sommes très intriguées par la mise en forme de l’assiette que nous n’attendions pas du tout ainsi. La julienne de petits légumes sur un fond de pâte feuilletée fait penser à une petite pizza. C’est joli à l’œil, frais en bouche. La fêta est particulièrement savoureuse, lactée à souhait et goûteuse.






J’opte ensuite pour l’un des plats des Incorruptibles destinés aux carnivores, le Jambon grillé sauce moutarde Old style purée de patates douces et tombée de pleurotes -19 euro. Une fois de plus, le chef interprète la partition de l’évidence avec des produits peu travaillés parlant pour eux-mêmes. Une sensation douillette de comme à la maison. Belle purée grossièrement réduite et jambon joliment rôti. Petit bémol pour les pleurotes cependant, trop aqueuses manquant de parfum. Côté poisson et plats végétariens - Les plats des Corrompus - ma comparse choisit la salade de Saint Marcellin sur toasts, noix et pommes sautées - 16 euro. Le fromage est épatant. Le crémier du coin en a sous le coude. La composition va à l’essentiel. Une cuisine qui ne cherche pas l’épate mais profite aux accords sincères.  






Les desserts sans prohibition n’attendent que nous pour en découdre. ça va dérouiller ! Le Tiramisu du Parrain - 9 euro - est une merveille pralinée qui, si elle ne me fait pas vraiment penser à son appellation de tiramisu, me séduit par la légèreté de sa crème mousseuse, ses arômes de fruits secs et la subtilité de la touche cacao. Izabel joue son va-tout avec la Coupette gourmande -17 euro. Coupe de champagne, crêpe caramel bien tenue, crème pralinée aérienne, petite sœur de mon tiramisu et moelleux au chocolat, crème anglaise mené avec franchise.

Sympathique adresse de quartier, très conviviale, Le Clan des Jules s’adapte aussi bien aux grandes tablées entre amis qu’aux rendez-vous en tête-à-tête. Visiblement les filles en sont folles, beaucoup de copines entre elles ce soir-là. L’accueil est chaleureux, efficace et prévenant. Que demande le peuple ? J’ai louché du côté de la carte brunch. Je sais ce qu’il me reste à faire. Suite au prochain numéro.

Le Clan des Jules
7, rue brochant - Paris 17
Tel : 01 42 29 37 62
Horaires : du lundi au samedi de 11h30 à 14h30 et de 19h00 à 23h00 - Le dimanche brunch, de 12h00 à 16h30 




Share this

Related Post