vendredi 11 septembre 2015

Théâtre : Le Cercle des Illusionnistes, écrit et mis en scène par Alexis Michalik - Comédie des Champs Elysées - Paris 8



En 1984, alors que se prépare le grand match de la Coupe des Nations opposant la France au Portugal, Décembre, petit voleur à la tire, dérobe le sac d’Avril dans le métro. En découvrant la photo de la jeune femme, il tombe sous le charme. Pris de remord, il l’appelle pour lui rendre son bien et lui donne rendez-vous dans un café. Passionné de magie, art de l’escamotage, il lui raconte l’histoire de Jean Eugène Robert Houdin horloger, inventeur d’automates, magicien du XIXème siècle. De rebondissements en péripéties historiques, cette curieuse rencontre les conduit jusque sous le coffre de la BNP, boulevard des Italiens, dans le théâtre disparu de Robert Houdin.
                    





Alexis Michalik, comédien, auteur, metteur en scène, scénariste, nous offre un spectacle enchanteur au court duquel on rêve et l’on rit. Intelligent, ludique, ce conte farfelu, fable aimable et virevoltante allie la fantaisie, l’inventivité et l’émotion. Vif, joyeux, brillant, poétique, véritable hommage à l’art de l’illusion et de la scène, Le Cercle des Illusionnistes est une pièce à tiroirs qui traverse les siècles et les récits de destins extraordinaires. La grande et la petite histoire s’entremêlent, s’imbriquent façon gigogne, sorte de jeu de pistes à travers les siècles et les lieux. La construction narrative complexe, intelligente, met en valeur les qualités de l’auteur qui fait preuve d’un sens subtil de la situation et de l’anecdote.





Les hasards de la vie et les tours du destin, sous la plume débridée d’Alexis Michalik, poussent l’imagination, la créativité dans un tourbillon historique et romanesque époustouflant. Emerveillement et poésie, de la roulotte d’un magicien italien, au cabinet de curiosités de Jean-Eugène Robert Houdin (1805-1871), horloger et grand inventeur, on croise le Turc mécanique, le plus célèbre des automates, on suit avec passion l’invention du kinétographe et le destin de Georges Méliès (1861-1938) héritier d’une famille de bottiers, épris de magie, créateur des premiers trucages au cinéma. C’est toute la mémoire et la magie, du théâtre comme du cinéma qui sont invoquées.




La scénographie pensée par Oliver Roset mise sur l’économie de moyens mais s’avère diablement efficace , virtuose même, dans la lignée d’un théâtre artisanal où les vertus de l’illusion et le pouvoir de l’imagination peuvent pleinement s’exprimer. Alexis Michalik, sur tous les fronts, signe une mise en scène énergique qui fait la part belle au travail des comédiens. Les six acteurs, animés par une belle dynamique de troupe, se transforment et interprètent avec bonheur une vingtaine de personnages. L’alchimie est parfaite.

Surprises, suspense, aventures et amours, le Cercle des Illusionnistes se propose de réenchanter le monde en le regardant avec des yeux d’enfant. Bel hommage aux arts de la scène et au cinéma, on ne boude pas son plaisir. Il suffit de laisser faire la magie.

Les Cercles des Illusionnistes
Texte et mise en scène d'Alexis MICHALIK
Avec Jeanne ARENES, Maud BAECKER, Clotilde DANIAULT, Michel DERVILLE, Arnaud DUPONT, Vincent JONCQUEZ et Mathieu METRAL 
Scénographie/vidéo Olivier Roset

Comédie des Champs Elysées
15 avenue Montaigne - Paris 8
Tél (réservations) : 01 53 23 99 19


2 commentaires :

Elli a dit…

Oh, je l'ai vu avant-hier et j'ai été charmée !

Caroline a dit…

C'est tout à fait ça, charmant, poétique et très intelligent !

Share this

Related Post