lundi 28 septembre 2015

Lundi Librairie : La septième fonction du langage - Laurent Binet



1980. A la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette de blanchisserie en sortant d’un déjeuner avec François Mitterrand,  le commissaire Jacques Bayard, un flic bourru de droite s’adjoint d’office les services d’un jeune prof de fac chevelu recruté à l’Université de Vincennes, Vincent Herzog, pour mener l’enquête sur les conditions de cet accident. Barthes avait en sa possession un document explosif du linguiste russo-américain Roman Jakobson, auteur de la théorie des six fonctions du langage. S’agirait-il d’un meurtre ? Un assassinat politique à la veille des élections présidentielles de 1981 ? De la Sorbonne au Café de Flore, en passant par les milieux interlopes de la nuit, le duo improbable d’enquêteurs, mandaté par le président Giscard, part à la recherche du coupable, suivi de près par les services secrets soviétiques et l’inquiétante filière bulgare. Ils croisent au hasard de leurs pérégrinations, Lacan, Baudrillard, Umberto Eco, Philippe Sollers et Julia Kristeva, Bernard-Henri Lévy, Mitterrand, Giscard et leurs acolytes. Tous cherchent à mettre la main sur le mystérieux document qui fait frémir la French Theory, Foucault, Deleuze, Derrida, Althussen. L’idée d’un complot de l’intelligentsia internationale s’impose peu à peu lorsque Bayard et Herzog se mettent sur la piste d’une société secrète, le Logos Club, sort de Fight Club du duel oratoire où la défaite lors de joutes rhétoriques peut coûter cher au perdant. Rififi chez les structuralistes.

Jeu de massacre truculent de Paris à Milan, Bologne, Venise et Ithaca, jouant sur les archétypes du roman noir, Laurent Binet rend hommage au Nom de la Rose d’Umberto Eco paru en 1980. Dans La septième fonction du langage, polar sémiologique, politico-philosophique, il reprend avec malice des codes, course poursuite, assassinats, rebondissements rocambolesques, jolies pépés et humour qui nous font songer aussi bien à San Antonio qu’à OSS117, pour pousser la réflexion sur le langage comme fondement du pouvoir politique. Haletant et érudit, si la première partie est brillante, le rythme s’essouffle un peu dans la seconde, un peu moins réussie.

Laurent Binet convoque les plus brillants intellectuels des années 80 qu’il met en scène dans des situations cocasses et improbables, ponctuant les dialogues de propos véritables, mêlant allégrement faits historiques, faits divers et inventions. L’auteur épingle les personnalités avec bonheur, caricaturant, irrévérencieux mais désopilant, un milieu intellectuel narcissique dans lequel s’impose insidieusement le triomphe de la figure médiatique. Féroce et tendre, il n’a pas à forcer beaucoup la satire pour transformer cette engeance en personnages romanesques épatants au point que l’œuvre fait parfois penser à une blague potache de normalien très réussie.

Fiction échevelée, alliant rire et gourmandise intellectuelle, au cœur de cette œuvre la sémiologie, la science des signes dans le langage et le comportement, « le monde dans sa globalité comme un ensemble de faits signifiants » semble nous livrer la clé du pouvoir des mots. Laurent Binet se pose en iconoclaste, héritier malicieux refusant de mythifier les grands intellectuels des années 80. Jubilatoire, enlevé, hilarant.  

La septième fonction du langage - Laurent Binet - Editions Grasset




3 commentaires :

Les curiosités a dit…

Je découvre ton blog grâce à Hellocoton et, par la même occasion, ce dernier article, dont le thème m'intéresse beaucoup. Cet ouvrage m'intrigue et fait écho en moi au plaisir que j'avais ressenti lorsque j'avais découvert Minuit à Paris, le film de Woody Alen, dans lequel le protagoniste se retrouvait plongé dans le Paris des années folles au contact de nombreux artistes et personnages mythiques.
J'aime l'idée de faire naître un dialogue entre des écrivains/penseurs et théoriciens de renom et je suis fortement attirée par la thématique du langage/de la portée des mots, développées par Laurent Binet.

Caroline a dit…

Bienvenue ! Excellent roman. Jubilatoire, inconoclaste, je sens venir une pluie de prix !

Bouchine a dit…

Bonjour,
Je suis ravie de découvrir ton blog (via Facebook et les Golden blog Awards).
Tu m'as donné envie de me plonger dans ce livre (je filerai à la Fnac d'ailleurs dès que j'aurai réussi à "lâcher mon ordi")
Je reviendrai très souvent lire tes chroniques !
Bon week end !

Share this

Related Post