mercredi 10 juin 2015

Théâtre : D'autres vies que la mienne d'après Emmanuel Carrère - Avec David Nathanson - Manufacture des Abbesses - Paris 18



En compagnie d’Hélène et de leurs fils respectifs, Emmanuel Carrère est en vacances au Sri Lanka en 2004 lorsque le tsunami frappe l’Asie. Un couple de français avec qui ils ont sympathisé perd leur petite fille dans la tragédie. Alors que la femme mutique, sous le choc, semble s’éloigner des vivants, son mari développe des trésors d’amour et de force pour la soutenir. En rentrant à Paris, Emmanuel et Hélène apprennent que la sœur de celle-ci, Juliette, handicapée depuis son adolescence à cause d'une erreur médicale advenue lors du traitement d’un cancer, a été hospitalisée plus tôt pour une embolie pulmonaire. Elle a développé un nouveau cancer métastasé. Elle ne s’en sortira pas. Avec courage, cette brillante magistrate affronte la souffrance de la médicalisation afin de prolonger un peu le temps à passer avec ses trois fillettes et son époux. A son décès, Emmanuel Carrère est amené à croiser la route d’Etienne Rigal qui a été juge aux côtés de Juliette au tribunal d’instance de Vienne. Amputé d’une jambe, il a survécu à la maladie qui l’a frappé au début de l’âge adulte. Juliette et Etienne ont formé un tandem dénonçant les abus des sociétés de crédit à la consommation dans des affaires de surendettement, défendant les indigents contre l’avidité et la malhonnêteté de ces organismes.

Avec sa complice Tatiana Werner, qui signe la mise en scène - ils avaient précédemment adapté Le Nazi et le Barbier d’Edgar Hilsenrath dont je vous parlais ici, - David Nathanson donne vie, seul en scène, au beau texte d’Emmanuel Carrère. La mort d’un enfant, celle d’une jeune mère, ces histoires parallèles trouvent leur point de convergence dans l’expression de la fragilité et de la force de la condition humaine. Lorsque la banalité du drame universel révèle la ténacité des héros du quotidien et leur amour sincère envers autrui. A travers le récit de ces tragédies intimes et du combat de deux juges pour la justice, à travers des mots d’une rare justesse au sujet de la perception de la maladie, une confrontation révélatrice aiguë aux malheurs des autres, cette pièce nous donne une belle leçon de vie, de courage et d’amour.




La mise en scène dépouillée et moderne est animée par la projection de vidéos. Derrière le comédien sur un écran s’affiche les mots clés du texte. Une bande sonore, quelques notes de musique, cette économie d’effets laisse libre champ au développement de l’interprétation. Avec beaucoup de pudeur et de retenue, David Nathanson nous raconte la vie des gens, le quotidien et la force de ceux qui restent, incarnation sobre et subtile de personnages qui se différencient par un phrasé, une intonation, une posture. Si l’émotion affleure à chaque instant, la belle sensibilité dont il fait preuve, dépourvue de tout pathos, fait vibrer un texte inspiré et inspirant. Une belle soirée, un moment de théâtre poignant, à découvrir jusqu’au 24 juin à la Manufacture des Abbesses.

D’autres vies que la mienne d’après Emmanuel Carrère
Adaptation : David Nathanson
Interprété par : David Nathanson
Mise en scène : Tatiana Werner

Manufacture des Abbesses
7 rue Véron - Paris 18
Réservation Internet ici ou au 01 42 33 42 03
Billet Réduc 


Share this

Related Post