vendredi 1 mai 2015

Paris : Flânerie printanière rue Laurence-Savart à Ménilmontant - XXème



Délicieuse venelle pentue dont les pavés miroitent au soleil, la rue Laurence-Savart évoque avec poésie le Ménilmontant de Willy Ronis, un voyage dans le temps pour une atmosphère de coquet village. A deux pas de la Bellevilloise, la Maroquinerie et du Théâtre de Ménilmontant, la vie de quartier y est culturelle et animée. La plupart des façades et des petites maisons ayant été préservées, elle a conservé son caractère original, sa belle perspective à peine dénaturée par quelques constructions plus récentes et cette lumière singulière des petites rues bordées d’immeubles bas. Verdoyante, abondamment fleurie par les riverains, large d’à peine 10 mètres, elle prend naissance au 19 rue du Retrait et dévale joyeusement sur 153 mètres de longueur jusqu’au 16 rue Boyer. Ouverte vers 1875 sur le tracé d’anciennes carrières come souvent à Ménilmontant, elle s’appelait alors passage Laurence-Savart. Elle porte le nom de la fille du propriétaire du terrain qui a fait percer la voie, un viticulteur également entrepreneur Pierre-Claude Savart.










Interdite au stationnement en 2002 et partiellement piétonne depuis 2006, la rue Laurence-Savart a échappé à l’appétit des promoteurs immobiliers, la convoitise des spéculateurs de tout genre adeptes du bétonnage à outrance. Son charme authentique fait partie intégrante du patrimoine culturel de Ménilmontant. Immortalisée par Willy Ronis en 1948, sa physionomie n’a que très peu changé. Maisons, pavillons de ville, petits immeubles et nombreux jardins privés se lovent en son creux comme autrefois. En poursuivant mes recherches sur l’historique de la rue, j’ai découvert le nom de l’architecte qui a le plus marqué l’esthétique initiale des lieux. De 1880 à 1890, Charles-Jean Delacroix (1854-1907), futur architecte des communes des Lilas et du Pré-Saint-Gervais, a travaillé ou remodelé les bâtiments originels des numéros 7, 16, 18, 31 et 33. Après de nombreux travaux dans le XXème, constructions d’écuries, d’ateliers et de pavillons de jardins, celui-ci rencontrant le succès se lancera sur des chantiers plus importants. Sa patte est encore visible de nos jours rue Laurence-Savart.









En 2002, la municipalité du XXème a lancé des travaux de préservation et d’embellissement en recalibrant des trottoirs et restaurant les pavés. Cette rue très agréable dont l’authenticité est appréciée à la fois par les chanceux riverains et les promeneurs amoureux de Paris fait l’objet de visites guidées. A proximité d’écoles, de jardins d’enfants et centres de loisir, elle est l’un des chemins préférés des écoliers. Associations et ateliers d’artistes riverains participent activement à cette riche vie de quartier sur le mode de la variété. Chaque année sont organisés festivités et animations, comme l’évènement Faites de la lumière, spectacle lumineux qui se déroule dans les rues du Bas-Belleville, invitation à la flânerie artistique où sont présentés œuvres d’art, fresques de street art, concerts ou encore la collecte de friandises au moment d’Halloween. Alors si d’aventure vos pas vous menaient jusqu’à Ménilmontant, rappelez-vous qu’à l’abri des regards et de l’effervescence de la grande rue éponyme, se cache tout le charme d’un Paris retrouvé.

Rue Laurence-Savart - Paris 20
Accès par le 19 rue du Retrait et le 16 rue Boyer


Vitrier remontant la rue Laurence-Savart (1948)
© Willy Ronis Rapho Eyedea


6 commentaires :

Sheily a dit…

Que dire de plus si ce n'est que j'adore !

Caroline a dit…

Et pas de félin inquiétant ce jour là ! ;)

La Parisienne du Nord a dit…

C'est le côté village de Paris que j'adore. Merci pour la découverte. Je ne connaissais pas du tout.

Caroline a dit…

Le plus étonnant, c'est de découvrir ces petits coins de quiétude absolue à 2 pas de centres d'activité intense. La rue Laurence-Savart se situe entre Gambetta et la rue de Ménilmontant. Une sorte de parenthèse enchantée, confetti champêtre en plein coeur du tissu urbain le plus animé.

Syion a dit…

J'ai découvert cette rue samedi dernier à l'occasion d'un spectacle au théâtre de Ménilmontant. Tout le quartier est vraiment génial : Cette rue, puis la Cité de l'ermitage, la rue du retrait où se trouve le théâtre et le passage des soupirs !

Caroline a dit…

A force d'écrire de manière obsessionnelle sur Belleville et Ménilmontant, je vais finir par publier un livre ;)

Prochain billet sur le quartier, la Villa de l'Ermitage. Stay tuned !

Share this

Related Post