mardi 31 mars 2015

Cinéma : Suite française de Saul Dibb - Avec Michelle Williams, Matthias Schoenaerts, Kristin Scott Thomas



1940, village de Bussy. Lucile Angellier attend des nouvelles de son mari Gaston, prisonnier de guerre. Elle vit avec sa belle-mère, riche notable, propriétaire terrienne austère et autoritaire. L’existence s’écoule tristement tandis que parviennent au loin les rumeurs des combats et des défaites. Lorsque les troupes allemandes débarquent à Bussy, les deux femmes se voient contraintes d’héberger un officier, Bruno von Falk, mélomane érudit.  Peu à peu, partageant un goût commun pour la musique, Lucile, l’épouse esseulée et Bruno, le soldat qui se sent étranger aux exactions de ses troupes, s’éprennent l’un de l’autre. Au village, alors qu'arrivent des cohortes de réfugiés en provenance de Paris, certains collaborent avec complaisance comme le maire, le vicomte de Montmort. Mais la Résistance s’organise.






Saul Dibbs adapte ici un roman inachevé de Irène Némirovsky, redécouvert 50 ans après sa mort à Auschwitz. Succès de librairie, prix Renaudot 2004, Suite française évoque la vie d’une petite ville sous l’Occupation et l’idylle clandestine entre un officier allemand et une Française. Si le livre mettait en avant la critique sociale, le film porte l’accent sur cette bluette déjà-vue. Œuvre sentimentale, sans style, tourné en anglais mais présenté en version française dans une mouture très mal doublée, ce long-métrage évoque plus les téléfilms de l’après-midi qu’une réalisation au prestigieux casting international.






Malgré une belle reconstitution dans des décors naturels, la mise en scène d’un classicisme ouaté et corseté ne fait rien pour arranger ce mélo désuet d’une rare platitude. Trahison, haine, compassion, les ingrédients d’une plus vaste épopée sont pourtant présents. Le point de vue original, les incertitudes de la guerre perçue par les femmes, aurait pu tout à fait trouver ici un développement intéressant.

Les comédiens, tous excellents au part ailleurs, Michelle Williams, Matthias Schoenaerts, Kristin Scott Thomas, peinent ici à déployer leur talent, englués dans une trame narrative à l’eau de rose. Matthias Schoenaerts s’en sort tout de même un peu mieux que les autres interprétant avec justesse la dualité de son personnage. Une dualité qui se retrouve dans chacun des protagonistes de l’histoire mais qui ne s’exprime malheureusement pas toujours avec justesse. Michelle Williams, actrice lumineuse que j’apprécie pourtant beaucoup, est très fade limite niaise. Les seconds rôles m’ont paru infiniment plus habités.




Si Suite française a été une déception - la VF quel cauchemar ! - le film aura eu cependant l’avantage de me donner très envie de lire le roman dont on m’a dit le plus grand bien. J’attends avec impatience les prochaines apparitions de Schoenaerts et Williams si mal servis dans cet opus.

Suite française de Saul Dibb
Sortie le 1er avril 2015
Avec : Michelle Williams, Matthias Schoenaerts, Kristin Scott Thomas




4 commentaires :

Emeline a dit…

J'ai vu la bande annonce en VO et ça m'a paru bizarre de voir des gens parler anglais alors que le contexte ne s'y prête pas du tout! Je me disais peut être qu'en VF ça passerait mais apparemment non... Merci pour ton avis. Je crois que je vais passer mon chemin et aller lire le bouquin !

Wéro a dit…

Ta critique confirme ce que je craignais un peu avec la bande-annonce : le côté téléfilm de l'après-midi :/... D'ailleurs quand j'ai vu les affiches dans les cinémas je me suis dit "oh une nouvelle série française tiens !"
Je vais quand même essayer de voir ce film je pense, mais en VO si je le peux, parce que cette VF n'est vraiment pas terrible ><

Vive la rose et le lilas a dit…

En tant que grande admiratrice de l'auteur j'avais suivi les infos sur le tournage de ce film et plus cela avançait plus j'ai compris que ce serait une catastrophe. La critique du Monde comme celle-ci confirment mes pires craintes. Je n'irai pas voir ce roman déformé !

Caroline a dit…

J'aime tellement les comédiens de ce film en temps normal, déçue, déçue. Ceci dit, une fois la surprise de la VF passée, je me suis souvent dit "ah là, les acteurs sont bons" quand il n'y avait pas de dialogues.

Share this

Related Post