mardi 3 février 2015

Cinéma : Phoenix de Christian Petzold - Avec Nina Hoss et Ronald Zehrfeld - Par Lisa Giraud Taylor



Juin 1945, Nelly Lenz, une chanteuse berlinoise juive, ayant survécu à la déportation à Auschwitz, part à la recherche de son mari. Elle a subi au préalable une reconstruction faciale suite à la destruction de son visage dans les camps. Lorsqu’elle le retrouve, il ne la reconnaît pas. Il lui propose de prendre la place de cette épouse décédée afin de récupérer la part de l’héritage. Nelly accepte et pénètre dans "sa" peau guettant les signes de reconnaissance de son mari et de confirmer la trahison passée et, peut-être, future. Tel le Phénix, Nelly essaie de renaître sur les cendres de son passé en totale infiltration, entre doute et lueur d’espoir.   






Christian Petzold filme Nina Hoss, son actrice fétiche dans l’atmosphère berlinoise de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, nous glace l’effroi devant le portrait de cette femme à la fois victime et instigatrice de son malheur. Le réalisateur nous trimballe entre froideur à la Hitchcock, et beauté plastique à la Fassbinder, avec une mise en scène minimaliste.  

Le personnage de Nelly est en quête de son moi, de sa place dans Berlin post-Auschwitz, face à l’homme qu’elle aime, qui l’a trahie et qui ne la reconnaît pas. Elle court au-devant de son identité, de sa vie, tout en s’enfonçant dans le mensonge, en duo parfait avec ce mari ambigu.  L’esthétisme glaçant de cette histoire, le doute qui reste tapi tout au long des scènes depuis celle sur le lit d’hôpital avec des bandages jusqu’à la scène finale magistrale, et ce suspens à la limite de du film d’espionnage font de Phoenix un film incroyablement puissant et poignant.   






La rencontre entre Nelly et son mari, dans cette lumière rouge, proche du club Phénix, reste ancrée longtemps après la séance. Le regard de cette femme, silencieuse, qui fixe l’homme qu’elle a épousé, qui, lui, ne la reconnaît, est effroyablement bouleversant. Les yeux de l’actrice suffisent à créer ce malaise qui demeurera en chaque spectateur.   

On se suit donc le parcours de cette femme qui se lance dans la quête de son identité, de la lumière au bout d’un tunnel morbide dont personne ne veut parler, et tout ceci dans une ambiance étouffante, abjecte mais, cependant, d’un éclat froidement éblouissant. En cela, la ritournelle entêtante de Kurt Weill définit fort bien ce film : "L’amour est précieux et le temps un voleur". 



Ce film confirme tout le talent de Christian Petzold après Jerichow et Barbara et ouvre très large les portes de la reconnaissance à Nina Hoss, troublante et sensuelle. Personnellement, j’ai été bouleversée par ce drame intimiste qui fait écho à une période douloureuse de l’Histoire et qui évoque aussi la volonté des restants à l’oubli des camps, ignorant la détresse des survivants.   

Phoenix 
Sortie le 28 janvier 2015  
Réalisateur : Christian Petzold 
Avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, Nina Kunzendorf


Lisa Giraud Taylor est écrivain, photographe et blogueuse. Son roman Liverpool Connexion est disponible aux Editions Trinômes. Vous pouvez également retrouver sa plume piquante sur Le blog d'une ItemLiz Girl. Cette jeune femme hyperactive - mais comment fait-elle ? - collabore régulièrement avec les webzines Lords of Rock et So Busy Girls où elle nous régale de chroniques pleines d'esprit, ultra punchy dans un style bien à elle. Humour ravageur et pertinence sont ses marques de fabrique.






3 commentaires :

Pensées d'une Shoesaholic a dit…

Ce film a l'air vraiment bien, il est sur ma liste des films à voir :)

Lisa Giraud Taylor a dit…

J'aimerais bien avoir un retour, alors ! ;)

My Little Discoveries a dit…

Je l'ai vu hier et j'ai vraiment bien aimé la fin!

Share this

Related Post