jeudi 15 janvier 2015

Thursday Oh Yeah ! : Fu'ad Aït Aattou, 10 anecdotes sensuelles



L’homme du jour boostera, je l’espère, le moral de Sonia qui vit un moment difficile. Spéciale kassdédi, comme on dit. Mannequin, comédien, nommé au prix du meilleur espoir masculin lors de la treizième édition des Lumières de la presse étrangère et lauréat de la révélation masculine de l'année au Festival du film de Cabourg en 2007, pour Une vieille maîtresse de Catherine Breillat, sa beauté illumine les catwalks des plus grands couturiers ainsi que les pages des magazines de mode les plus célèbres de Vogue à Numéro. En 2012, Alexandre Arcady lui donne le rôle principal de Ce que le jour doit à la nuit, prestation saluée par la critique malgré le mauvais accueil accordé au film. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Fu’ad Aït Aattou, sous vos applaudissements.









1- Fu’ad est né le 2 novembre 1980 dans le nord de la France d’un père d’origine marocaine et d’une mère française. Il passe son enfance à Bailleul près de Lille.

2-  Son envie de devenir acteur lui vient d’une célèbre série. « On m'a dit de ne pas trop le dire, il paraît que c'est ridicule, sourit-il. Mais petit j'étais fan de L'Homme qui tombe à pic. Dans cette histoire de cascadeur, on voit les coulisses du cinéma, les décors, les caméras, les studios. J'étais fasciné. Voilà, c'est devenu un rêve d'enfant. Tout le monde pensait que ça me passerait […] Il faut dire qu'à Bailleul, il n'y avait pas grand-chose en théâtre à l'époque ». Il ne perd pas espoir avec l’entêtement du jeune âge.  « Tout ! Tout ce que je pouvais faire, je l'ai fait. Un des premiers trucs, ça a été un stage pendant les vacances au Vivat d'Armentières. J'avais 12 ans et ma mère avait bien voulu m'accompagner tous les jours […] Je m'entendais bien avec les gens du Vivat, j'ai continué à y aller. Et puis, j'ai pris des cours du soir à Armentières, j'ai pris l'option théâtre au lycée. J'ai tout fait ! » 



 

3- En 1996, quand il entend parler du casting de La vie de Jésus [1997] de Bruno Dumont qui tournera son film du côté de Bailleul, il fait le siège de la production. Jusqu'à ce qu'ils craquent et lui proposent une figuration. « J'ai aussi auditionné pour L'Humanité [1999, Bruno Domont également], mais là ça n'a pas marché. »

4 - Le bac en poche, « c'était le deal avec mon père », il part à Paris. A son arrivée en 1998, Fu’ad bien décidé à devenir comédien emménage dans des conditions spartiates «chambre de 5 m2 sans douche ni eau chaude, restau-U trois fois par jour, sept jours sur sept» et s’inscrit au Cours Florent où il suit les cours d’art dramatique de la classe libre de 1998 à 2001. 


 

 

 



5- Grâce à son physique avantageux, il est engagé par l’agence MGM comme mannequin ce qui à défaut de booster sa carrière d’acteur lui permet de vivre plus décemment. Fu’ad est remarqué par le public lorsqu’il pose pour la campagne publicitaire du parfum Cinéma d’Yves Saint  Laurent. Un signe ?

6- Il décroche un tout premier rôle au théâtre dans la Mouette de Tchekhov puis intègre les ateliers de Sudden où il suit l’enseignement de Raymond Acquaviva jusqu’en 2003.






7- Il existe deux versions de la façon dont Fu’ad a été choisi pour incarner Ryno de Marigny dans Une vieille maîtresse de Catherine Reillat, adaptation du roman de Jules Barbey d’Aurevilly. Celle de la réalisatrice tout d’abord. En 2007, elle cherche un jeune homme représentant un idéal de beauté masculine, quelqu’un ressemblant à un tableau de la Renaissance pour donner la réplique à Asia Argento et Roxane Mesquida. Elle désespère de trouver la perle rare, quand dans un café bondé, elle aperçoit Fu’ad et sait tout de suite qu’il s’agit de lui. « J’ai tout de suite su que, s’il savait jouer, il serait Ryno. Pour la première fois, j’ai trouvé cette beauté fulgurante, féminine sans être efféminée, que j’ai toujours cherchée. Ce fut un coup de cœur absolu, celui dont je rêvais depuis toujours ». La version de Fu’ad est plus prosaïque. En passant devant le Fouquet’s sur les Champs Elysées, il aperçoit, Catherine Breillat à une table et l’aborde en lui expliquant qu’il a adoré Romance, son film très controversé sur e désir féminin. Il raconte qu’il est comédien et aimerait tourner pour elle. Puis lui laisse son numéro de téléphone. Trois mois plus tard, alors qu’il a perdu tout espoir, elle le rappelle et lui propose de passer un casting pour incarner le personnage principal de son nouveau projet.







8- Les essais ne se passent pas très bien pour Fu’ad. Il raconte : J’ai joué une scène de La maman et la putain de Jean-Eustache, la scène que Catherine Breillat utlise pour tous ces castings, dans laquelle l’homme supplie une fille de ne pas le quitte. Catherine n’a pas aimé ma prestation. Elle m’a demandé de réessayer deux semaines plus tard avec une scène d’Une vieille maîtresse cette fois.  Et elle a aimé. » C’était le jour de ses 25 ans.


 

 

 

 


9- Fu’ad pose pour la campagne publicitaire automne-hiver 2007/2008 de Morgan. Photographié par Terry Richardson, il incarne dans les rues de Paris l’élégance parisienne et la séduction. Fin 2009, il interprète l’amant Micky Green dans le clip de TL (True Love), un morceau de l’album du même nom.

10- Absent des salles pendant 5 ans, il revient à l’écran en 2012, sous la direction d’Alexandre Arcady  dans Ce que le jour doit à la nuit adapté du roman de Yasmina Khadra. Il joue le personnage de Younes, un jeune algérien élevé comme un pied-noir par son oncle. 


 


J'ai toujours du mal à trouver des anecdotes personnelles concernant les acteurs français. Ils sont d'une rare férocité quand il s'agit de préserver leur vie privée. Incroyable ! Heureusement, Fu'ad compense par un nombre impressionnant de photos délicieuses. Quel charmant jeune homme, n'est-ce pas ? Ma Sonia, porte-toi bien ! Je vous souhaite une excellente journée en compagnie de Fu'ad Aït Aattou !


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 commentaires :

Anonyme a dit…

Merci pour ces belles photos; de mettre en avant un jeune acteur français, que je viens de découvrir dans le film de Arcady.

Ces jeunes excellents acteurs restent inconnus bizarement (pour autre exemple: Nicolas Cazalé).

Courtoisement,

daniel PERROUD

Caroline a dit…

Heureuse que cet article vous ait plu. J'ai justement consacré un billet à Nicolas Cazalé. Vous le trouverez ici : http://www.parisladouce.com/2013/07/thursday-oh-yeah-nicolas-cazale-10.html

Anonyme a dit…

AArrgh, vous êtes ''trop''; merci.

daniel PERROUD

Share this

Related Post