lundi 5 janvier 2015

Lundi Librairie : Indignation - Philip Roth



Marcus nous parle d’outre-tombe, depuis un au-delà de souvenirs et de remémoration. En 1951, il a 19 ans. Fils d’un boucher casher de Newark, ce jeune homme honnête et droit qui suit brillamment des études à Robert Treat, ne supporte plus le comportement de son père rendu fou d’angoisse à l’idée de voir s’émanciper son enfant dans un monde marqué par les guerres. Pour échapper à la surveillance de celui-ci, Markus décide de s’exiler dans le Middlewest en s’inscrivant dans la petite Université très conservatrice de Winesberg, Ohio. Alors qu’il pensait enfin pouvoir se concentrer sur ses études, sans avoir à se mêler à une collectivité à laquelle il ne trouve pas d’intérêt, la tyrannie des conventions le rappelle à l’ordre. Obligé d’assister aux offices religieux chrétiens alors qu’il est juif, contraint de partager sa chambre avec des camarades lunatiques, poussé à rejoindre contre son gré l’une des fraternités du campus, Markus s’indigne, se rebelle et refuse de se plier aux normes. La découverte de la sexualité en compagnie d’Olivia, une étudiante psychologiquement fragile, découverte marquée du sceau de la culpabilité, va le mener inexorablement à la suite d’un concours de circonstances vers l’expulsion et l’enrôlement dans l’armée avec départ pour la guerre de Corée.

Dans Indignation, Philip Roth porte sa réflexion sur les choix individuels en corrélation avec la grande Histoire, s’intéresse en détail aux destinées singulières des anonymes. Il peint avec acuité un monde oppressif, portrait au vitriol de l’Amérique des années 50, machine à broyer les dissidents, les insoumis, dénonçant le puritanisme de façade de la société avant la révolution sexuelle. Sa plume chirurgicale met à nue les hypocrisies, plongeant avec un sadisme tendre son personnage dans le désarroi le plus complet.

Incarnation du désir de liberté, porté par la force subversive du désir sexuel, le héros tragi-comique de ce roman d’apprentissage entre farce et drame, ne peut que plier devant l’oppression du système où triomphent les apparences. Philip Roth évoque avec un humour teinté d’ironie féroce, la force du destin, l’histoire d’un garçon tout simple dont l’existence dérape brutalement, enchaînant les catastrophes personnelles, micro-événements à la finalité tragique qui valident toutes les craintes paranoïaques du père. Très présente dans l’œuvre de Roth, on retrouve la figure des parents gentiment abusifs, hauts en couleur, symboles des relations filiales compliquées.

La puissance de narration dans ce bref récit où la fiction est condensée, donne une large ampleur aux thèmes abordés. Style jubilatoire, caustique, Indignation n’en demeure pas moins un ouvrage poignant dans lequel l’émotion cueille le lecteur comme par inadvertance, révélant la maîtrise d’un grand écrivain qui d’une page à l’autre nous fait rire ou pleurer. Fable moderne et sombre dont la moralité narquoise, ambiguë, serait : rentre dans le rang et tais-toi. Un livre aigu, subtil, brillant.

Indignation - Philip Roth - Traduit de l’anglais par Marie-Claire Pasquier - Editions Gallimard - Collection de poche Folio



Share this

Related Post