samedi 31 janvier 2015

Coup de coeur : La série Le Siècle Magnifique, Muhteşem Yüzyıl, intrigues à la cour de Soliman le Magnifique



Le plus fameux sultan de l’Empire ottoman, Soliman le Magnifique (1494-1566), accède au trône en 1520 au décès de son père Selim Ier. Alexandra, originaire de Ruthénie (Crimée) est la fille d’un prêtre orthodoxe. Capturée par les Tatars, elle est livrée comme esclave au harem de Topkapi à Istanbul. Le sultan la remarque pour sa beauté et elle devient sa favorite préférée au grand dam de Mahidevran, la concubine Haseki Sultan, mère du prince héritier Mustafa. Soliman rebaptise la fougueuse captive, Hürrem, la souriante, connue en Europe sous le nom de Roxelane. Celle-ci intrigue pour se faire une place toujours plus importante au sein du microcosme de femmes où elle est enfermée. Compagnon de route du sultan, Pargali Ibrahim Pacha, esclave originaire de Parga en Grèce, grec par son père, italien par sa mère, gravit les échelons de la cour. Fauconnier royal, premier officier de la chambre impériale puis Grand Vizir, il est secrètement amoureux de la sœur de Soliman, Hatice Sultan. Entre conquêtes militaires, réformes de la société, histoire de querelles familiales, intrigues de palais et rivalités féminines, un vent épique souffle sur Le Siècle Magnifique.

vendredi 30 janvier 2015

Paris : Les sources de Belleville Part.2 - Rues des Rigoles, de la Mare et de Savies - XXème



Situé sur la partie occidentale du plateau de Romainville-Les Lilas culminant à 130m d’altitude, le XXème arrondissement dont la toponymie est marquée par l’ancien cours du ruisseau de Ménilmontant, révèle de nombreuses voies aux noms évocateurs :  rue de la Duée, la source jaillissante, rue de la Cour-des-Noues du côté de Gambetta, les noues étant des ruisselets,  rue des Rigoles, hérité des noms Rigoles, Rigones et Rigaunes petits chéneaux datant XIVème siècle qui conduisaient vers les eaux du plateau, rue des Cascades que j’évoquais en détail ici  ou encore rue de la Mare. La colline de Belleville, constituée d’un sol sablonneux reposant sur une couche de glaise imperméable sur laquelle glissent les eaux de ruissellement, est dès l’époque gallo-romaine un atout pour fournir le précieux liquide à la ville de Paris qui en manque cruellement. A partir du XIIème siècle, les congrégations religieuses, Hospitaliers de Saint-Lazare et Saint-Martin-des-Champs à qui appartiennent les terrains organisent la captation des Eaux du Nord en utilisant les anciens drains romains. Les cours d’eau aménagés au fil des siècles en fonction des besoins grandissant de Paris ont durablement marqué la géographie sensible du quartier.

jeudi 29 janvier 2015

Thursday Oh Yeah ! : Jamie Dornan, 10 anecdotes et 50 Nuances de Grey



Jamie Dornan, l’homme du jour va beaucoup faire parler de lui dans les semaines à venir. Comédien, mannequin, musicien, en 2013, il a décroché le rôle très convoité de Christian Grey dans l’adaptation cinématographique de la sulfureuse série Cinquante Nuances de Grey de l’américaine E.L. James. Le film sortira le 11 février en France et pour la Saint-Valentin exactement aux Etats-Unis. L’amour vache chez les Yankees… Mais avant de sortir cravaches et menottes, le bel Adonis s’est beaucoup promené en sous-vêtements pour la marque Calvin Klein. Ce qui est tout de même rudement pratique pour cette rubrique du jeudi. En tant que comédien, il a été remarque dans les séries Once Upon a Time et The Fall. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Jamie Dornan sous vos applaudissements !

Music : Curtis Harding - Keep on shining



It's just a matter of time
The world has to know
This light of mine
I'm gonna let it show

In my darkest days
She is my sun
In all of the ways, girl
You are the only one

So just keep on shining
Keep on shining
Keep on shining
Just keep on shining
Keep on shining

mardi 27 janvier 2015

Cinéma : A Girl Walks Home Alone At Night réalisé par Ana Lily Amirpour - Avec Sheila Vand et Arash Marandi



Bad City, ville crépusculaire, dans les rues désertées de laquelle erre une frêle silhouette voilée. Il s’agit d’un vampire. Les hommes sont ses victimes, ange-vengeur féministe, elle veille sur le quartier. Tchador devenu cape, marinière et skate, la mort rôde. Au cours de ses traques, le monstre carnassier règle leur compte à ceux qui maltraitent les femmes. Tandis qu’elle observe les égarés de la nuit, dealer, prostituée, junky, enfant perdu, elle fait la rencontre d’Arash, jeune homme un peu paumé entre un père toxicomane et un béguin pour une belle indifférente. Il va révéler en elle une sensibilité, une part d’humanité et lui redonner foi en l’homme. 

lundi 26 janvier 2015

Lundi Librairie : Ce que je sais de Vera Candida - Véronique Ovaldé



Quelque part en Amérique du Sud, Vera Candida retourne chez elle sur l’île de Vatapuna après des années d’exil volontaire. Elle sait qu’elle va mourir. L’occasion de remonter le temps, de retracer le destin d’une lignée de femmes courageuses, déterminées, à la fois fortes et fragiles. L’histoire de Rose Bustamente, la grand-mère, fille de joie devenue pêcheuse de poissons volants, séduite par Jeronimo affairiste trouble, ogre claquemuré dans une sinistre demeure qui surplombe toute l’île. L’histoire de Violette la mère dépourvue d’instinct maternel, créature simplette aux mœurs lestes, au goût démesuré pour le ratafia. Celle aussi de Vera Candida, la petite-fille, élevée par sa grand-mère, qui fuit Vatapuna pour le continent à l’âge de quinze ans, enceinte. Là, elle donne à son tour naissance à une fillette sans père, Monica Rose, et se réfugie dans un folklorique foyer pour femmes. Elle rencontre alors Ixtaga, un journaliste redresseur de torts.

samedi 24 janvier 2015

Paris : Physichromie double face de Carlos Cruz-Diez - Place du Venezuela - XVIème



Sur la place du Venezuela dans le XVIème arrondissement, une curiosité artistique a attiré mon attention. Cette œuvre datant de 1976 est une création de l’artiste vénézuélien Carlos Cruz-Diez, figure majeure de l’art cinétique et de l’art optique. Longue palissade ondulante de 18 mètres de longueur sur 3 mètres de haut, son allure industrielle interroge les immeubles en pierre de taille et les constructions plus modernes des lieux. Physichromie double face présente au premier abord, une composition de lignes serrées, des lames posées sur des aplats de couleurs primaires. En fonction du point de vue et de l’angle d’incidence de la lumière, l’assemblage produit une gamme chromatique plus étendue, des variations faisant apparaître des nuances qui ne sont pas présentes. La couleur envahit l’espace contenu entre les lames verticales qui agissent comme des modulateurs de lumière sur un principe purement optique.

vendredi 23 janvier 2015

Spectacle : Madame Foresti, le nouveau one woman show de Florence Foresti au Zénith de Paris jusqu'au 24 janvier puis en tournée dans toute la France



Pour son retour sur scène, après les affres de la grossesse, Florence Foresti s’attaque à la crise de la quarantaine. A la fois drôle et grave, l’humoriste dresse un bilan de vie post maternité sans se départir de son mordant. "Je suis à un âge fatidique où tu arrêtes de boire, tu arrêtes de manger, tu arrêtes de vivre !" Réflexion aiguë sur ses angoisses existentielles, à travers une performance scénique très physique, un spectacle façon stand up, d’une traite sans pause même pas pour boire un verre d’eau, Florence nous amène à rire de la condition humaine tout en dénonçant au passage l’objetisation de la femme. « Dès que je m’absente 5 minutes c’est le bordel dans ce pays. Je me vois donc dans l’obligation de remonter sur scène au plus vite afin de remettre un peu d’ordre dans ce merdier. » Décapant, survolté, Madame Foresti, un one woman show en mode stand up très efficace !
 

jeudi 22 janvier 2015

Music : The White Stripes - Fell in Love With a Girl



Fell in love with a girl
I fell in love once and almost completely
she's in love with the world
but sometimes these feelings
can be so misleading
she turns and says "are you alright?"
I said "I must be fine cause my heart's still beating"
"come and kiss me by the riverside,yeah, bobby says it's fine he don't consider it cheating now"

mercredi 21 janvier 2015

Paris : Butte Bergeyre, promenade automnale - XIXème



La Butte Bergeyre, secret bien gardé de Parisiens avertis, est une curiosité perchée au sommet d’un triangle formé par la rue Manin à l’est, l’avenue Simon Bolivar au sud et l’avenue Mathurin-Moreau au nord. A l’ouest des Buttes Chaumont, préservé des regards par des constructions datant de 1930, ce minuscule quartier accroché à flan de colline sur une butte escarpée et verdoyante joue à cache-cache avec les promeneurs. L’accès sportif se fait par deux escaliers abrupts l’un au sud-est débouchant côté Bolivar, 75 marches immortalisées en 1950 par Willy Ronis, l’autre à l’ouest l’escalier de la rue Michel-Tagrine pas moins de 85 marches. L’incroyable vue panoramique de la Tour Eiffel à Montmartre depuis le plateau qui culmine à 100 mètres d’altitude, est à ce prix. Courage amis flâneurs !

mardi 20 janvier 2015

Cinéma : Wake in Fright de Ted Kotcheff - Avec Gary Bond, Donald Pleasence



John Grant (Gary Bond), instituteur dans un village de l’outback australien, s’apprête à passer ses vacances de Noël avec sa petite amie qui vit à Sydney. Il fait halte à Bundanyabba d’où il doit prendre son avion pour la côte, une bourgade minière rongée par l’alcoolisme, l’ennui et la violence. Alors qu’il rencontre le shérif local (Chips Rafferty), celui-ci l’entraîne dans une première nuit de beuverie jusqu’à un tripot clandestin. John perd tout son argent au jeu et manque son vol. Coincé dans cet enfer claustrophobique, sans échappatoire, pendant cinq jours, il s’abrutit dans l’alcool en compagnie de locaux patibulaires, soiffards aux mœurs malsaines dont l’hospitalité agressive ne cesse d’inquiéter.

vendredi 16 janvier 2015

Mes Adresses : Lockwood, le coffee shop qui cache un bar à cocktails charmant - 73 rue d'Aboukir - Paris 2



Dans la lignée des coffee shops qui font fureur à Paris en ce moment, Lockwood, ouvert depuis début 2014, s’est rapidement imposé comme un incontournable. Le joli plus de cet établissement, la surprise, le soir venu, de découvrir un bar à cocktails furieusement tendance dans les caves voûtées au charme presque germanopratin de la grande époque. Ambiance chaleureuse, tendance hipstérique, follement branchée, les frères Lehoux, Christophe, Olivier et Thomas - à qui l’on doit la Brûlerie Belleville dont je vous parlais ici, maîtrisent leur sujet avec intelligence.

Résultats du #concours Loin des hommes - Qui a gagné les 5 invitations pour 2 personnes ?



A l'occasion de la sortie du film Loin des hommes de David Oelhoffen avec Viggo Mortensen et Reda Kateb, je vous proposais, la semaine passée, un joli concours ici afin de tenter de gagner l'une des cinq invitations pour deux personnes mises en jeu. Je vous remercie pour votre enthousiasme concernant ce superbe film poignant et inspirant. Ne soyez pas déçus si vous n'avez pas remporté l'un des prix aujourd'hui, je vous promets de nombreux concours à venir qui éclaireront la rubrique cinéma du mardi.  

jeudi 15 janvier 2015

Thursday Oh Yeah ! : Fu'ad Aït Aattou, 10 anecdotes sensuelles



Fu'ad Aït Aattou, l’homme du jour boostera, je l’espère, le moral de Sonia qui vit un moment difficile. Spéciale kassdédi, comme on dit. Mannequin, comédien, nommé au prix du meilleur espoir masculin lors de la treizième édition des Lumières de la presse étrangère et lauréat de la révélation masculine de l'année au Festival du film de Cabourg en 2007, pour Une vieille maîtresse de Catherine Breillat, sa beauté illumine les catwalks des plus grands couturiers ainsi que les pages des magazines de mode les plus célèbres de Vogue à Numéro. En 2012, Alexandre Arcady lui donne le rôle principal de Ce que le jour doit à la nuit, prestation saluée par la critique malgré le mauvais accueil accordé au film. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Fu’ad Aït Aattou, sous vos applaudissements.

Music : Nina Simone - My Baby Just Cares For Me



My baby don't care for shows
My baby don't care for clothes
My baby just cares for me
My baby don't care for cars and races
My baby don't care for high-tone places

Liz Taylor is not his style
And even Lana Turner's smile
Is somethin' he can't see
My baby don't care who knows
My baby just cares for me

mardi 13 janvier 2015

Cinéma : Loin des hommes de David Oelhoffen - Avec Viggo Mortensen et Reda Kateb



1954. Sur les hauts de l’Atlas algérien, Daru, instituteur humaniste, enseigne à des enfants arabes dans une petite école isolée. Français mal intégré dans la communauté pied-noire du fait notamment des ses origines espagnoles, ancien officier,  il mène une vie de reclus depuis le décès de sa femme. Le gendarme Balducci lui confie un prisonnier, Mohamed, un paysan accusé d’avoir tué son cousin, afin qu’il le conduise à Tinguit où il sera livré aux autorités françaises, jugé et probablement exécuté. Refusant tout d’abord de se plier à cette injonction, Daru reçoit la visite de colons vindicatifs. Puis l’école est attaquée par des villageois réclamant vengeance pour le meurtre. Il se résous alors à prendre le chemin de la ville en compagnie de Mohamed, longue marche à travers un décor à la minéralité implacable. Alors que dans la vallée grondent les prémices de la guerre d’Algérie, ils doivent faire face à des maquisards indépendantistes et des soldats français chargés de mater la rébellion. Une amitié fraternelle se lie entre ces deux hommes en sursis que tout oppose.

lundi 12 janvier 2015

Lundi Librairie : Un léger passage à vide - Nicolas Rey



Whisky dès le réveil, trois grammes de cocaïne par jour, Stilnox, Xanax avalés comme des bonbons, Nicolas est à deux doigts de passer l’arme à gauche emporté par le combo alcool, drogue et médicaments, lorsque naît son fils Simon. La femme aimée le quitte, il atterrit dans une clinique privée à Saint-Mandé où peu à peu, il redécouvre les gestes du quotidien sans artifices, autrefois naturels.  L’occasion d’une introspection émouvante, corrosive. Loin de l’image romantique du poète maudit emporté par ses démons, Nicolas Rey fait acte de contrition entre vulnérabilité et lâcheté amoureuse, humour noir et autodérision.

samedi 10 janvier 2015

Coup de coeur : Opération Bye bye vieux sapin, Hello jolie plante ! par Ma plante, mon bonheur



Alors que l’Epiphanie vient tout juste de passer, il est temps pour la majorité des familles de quitter son sapin de Noël. Le roi des forêts a fait le bonheur des petits et des grands lors des fêtes mais au moment de s’en séparer, le faire intelligemment afin qu’il puisse être recyclé est un geste éco-citoyen. 5,5 millions de conifères vendus pour Noël doivent être pris en charge par les collectivités. N’hésitez pas à contacter votre mairie ou les services techniques de la ville qui pourront vous orienter. Des collectes sont organisées par la plupart des communes. Afin que votre sapin soit recyclé plutôt que de le déposer dans la rue lors du ramassage des ordures ménagères, vous pouvez encore vous rendre à la déchèterie la plus proche. Les sapins seront broyés, transformés en compost ou en paillage. 

jeudi 8 janvier 2015

Thursday Oh Yeah ! : Norman Reedus, 10 anecdotes audacieuses



Norman Reedus, l’homme du jour, acteur américain, tient l’un des rôles phares de la série The Walking Dead, le séduisant redneck (oxymore ?) Daryl Dixon. Il raconte que pour jouer son rôle d’archer hors paire, il s’entraîne au point que l’arrière de sa maison est couvert de flèches. Son rôle de Murphy MacManus dans les Anges de Boston (1999 et 2009) a marqué sa carrière. Il a collaboré avec Guillermo Del Toro en 1997 dans Mimic puis une deuxième fois en 2002 dans le film Blae II. Interprétant Judas, en 2011, dans le clip éponyme de Lady Gaga, il se fait barbouiller de rouge à lèvres. Mannequin a ses heures, il a participé à des campagnes de pub pour Prada, Alessandro Dell'Acqua, Durban, Levi, Lexus et Morgenthal Fredrics. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Norman Reedus, sous vos applaudissements !

Music : Nick Cave - Red Right Hand



Take a little walk to the edge of town
Go across the tracks
Where the viaduct looms,
Like a bird of doom
As it shifts and cracks
Where secrets lie in the border fires,
In the humming wires
Hey man, you know
You're never coming back
Past the square, past the bridge,
Past the mills, past the stacks
On a gathering storm comes
A tall handsome man
In a dusty black coat with
A red right hand

mercredi 7 janvier 2015

Résultats du #concours A most violent year - Qui a gagné les 5 invitations pour 2 personnes ?



A l'occasion de la sortie du film A most violent year de JC Chandor, je vous proposais, la semaine passée, un joli concours afin de tenter de gagner l'une des cinq invitations pour deux personnes mises en jeu. Je vous remercie pour votre enthousiasme concernant ce beau film sombre et fascinant. Ne soyez pas déçus si vous n'avez pas remporté l'un des prix aujourd'hui, je vous promets de nombreux concours à venir qui éclaireront la nouvelle rubrique cinéma du mardi.  

mardi 6 janvier 2015

#Concours Cinéma : Loin des hommes - Avec Viggo Mortensen et Reda Kateb - Tentez de gagner 5 invitations pour 2 personnes



Aujourd'hui, je vous propose de jouer pour tenter de gagner cinq invitations pour deux personnes afin d'aller voir un film sublime dont les images magnifiques m'ont longtemps hanté. Loin des hommes brille à la fois par la beauté des paysages, une interprétation superbe tout en retenue et émotions subtiles - Viggo Mortensen et Reda Kateb sont admirables - et la puissance philosophique, profondément humaniste de l'histoire librement inspirée d'une nouvelle d'Albert Camus, L'hôte. Je vous parlerai plus en détails de ce long métrage la semaine prochaine pour la chronique ciné hebdomadaire. Enorme coup de coeur de ce début d'année, découvert lors d'une projection presse, j'ai eu la chance également d'assister à une passionnante master class en présence de l'équipe du film. Un moment précieux, une rencontre captivante. Sortie le 14 janvier.

Cinéma : Exodus, Gods and Kings de Ridley Scott - Avec Christian Bale et Joel Edgerton - Par Sand



Le temps des pharaons. La puissante Egypte doit sa richesse aux 600 000 esclaves hébreux sacrifiés, génération après génération, sur l’autel de sa grandeur. Depuis 400 ans. Le jour où le Pharaon meurt, son fils Ramsès, monte sur le trône. Son cousin Moïse, commandant des armées, le seconde et veille sur lui. Pourtant élevés comme des frères, tout va changer entre eux lorsque Moïse apprend qu’en réalité il est hébreu, non pas égyptien, et doit libérer son peuple du joug de Ramsès. 

vendredi 2 janvier 2015

Une belle et heureuse année 2015 ! 5 bonnes résolutions et un peu de mauvaise foi...



J’aimerais prendre un moment afin de vous souhaiter mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui s’annonce pleine de promesses. Que vos projets soient couronnés de succès, que votre cœur soit comblé et que vos aspirations les plus secrètes trouvent leur voie ! Je désire également vous remercier pour votre soutien et votre enthousiasme en ces lieux. C’est grâce à vous que l’aventure se poursuit chaque jour, chaque année. Attention séquence émotion. Plus qu’hier moins que demain, chers lecteurs, je vous aime. Histoire de faire dans la tradition, c’est l’heure des bonnes résolutions. D’habitude, je commence toujours par "arrêter de fumer" mais ça c’est fait et je vous en parlais ici . Il va falloir être un peu inventive cette année.

jeudi 1 janvier 2015

Music : The Killers - ShadowPlay



To the center of the city where all roads meet, waiting for you
To the depths of the ocean where all hopes sank, searching for you
Well, I was moving through the silence without motion, waiting for you
In a room without a window in the corner I found truth

In the shadowplay, acting out your own death, knowing no more
As the assassins all grouped in four lines and dancin' on the floor
And with cold steel, odor on their bodies, made a move to connect
But I could only stare in disbelief as the crowds all left

Share this