mardi 2 décembre 2014

Cinéma : Night Call de Dan Gilroy avec Jake Gyllenhaal et Rene Russo - Par Sand



Louis Bloom, un loser asocial, vivote de petits larcins. Mais Louis veut s’en sortir, il a de grandes, de très grandes ambitions. Alors quand sa route croise celle de reporters écumant Los Angeles by night, à la recherche d’images choc à vendre aux chaînes locales, il y voit LA bonne idée qu’il attendait, celle qui correspond à ses attentes ET à ses capacités. Branché sur les fréquences radio de la police, caméra miteuse au poing, il devient chasseur de scoops. Charognard des temps modernes, diablement doué pour dénicher les faits divers sanglants, graves accidents de la route, incendies, meurtres, qui satisferont le voyeurisme des téléspectateurs. Bloom ne tarde pas à franchir la ligne jaune dans une course sans limite à l’info spectacle, au sensationnalisme. 





Night Call met parfaitement en lumière les mécanismes de cette Amérique où l’image est reine. Faire monter la peur et le sentiment d’insécurité, mettre en scène une info trash et l’interrompre d’une coupure pub, c’est bon pour l’audimat et ça fait grimper le tarif des espaces pubs vendus par la chaîne. René Russo, en directrice de l’info, résume parfaitement ce que doit être son journal télévisé : « une femme courant dans une rue la gorge tranchée ». Le nombre incalculable de chaînes d’infos américaines a rendu la concurrence féroce, certaines sont prêtes à tout pour attirer le téléspectateur. Il faut du sensationnel, de la violence, du sang. A tout prix. Déontologie ? Morale ? Qu’est-ce-donc ? Très subjectif tout cela !






Si le sujet est original, le choc du film est la performance de Jake Gyllenhaal. Il est époustouflant. Métamorphosé pour le rôle : 10 kilos en moins, le visage creusé, le corps comme rétréci, inhibé, inexistant. Banal. Tous ceux qui croisent sa route veulent l’appeler Lou, mais non, il est différent, il n’est pas « commun » contrairement à ce qu’il laisse paraître : il s’appelle Louis ! Et Jake Gyllenhaal donne à Louis une profondeur étourdissante, glaçante, flippante. Par son seul jeu d’acteur,  transparait un feu intérieur où un narcisse extrême cohabite avec une totale absence d’empathie. On flirte avec le profil du serial killer.




Jake Gyllenhaal partage la vedette avec Los Angeles, superbement filmée par Dan Gilroy. La ville nous enveloppe, complice de Louis dans sa course aux images trash. Le réalisateur racontait lors d’une interview : « Aux Etats-Unis, les programmes télé sont interrompus par une course poursuite, une traque en directe filmées… mais normalement ces retransmissions doivent être en léger différé afin de couper les images choquantes (accident, meurtre…), sauf que les chaines « oublient »  et diffusent en direct ! » Le vrai, le réel, le drame en live ! A l’heure où, en France, nos fameux  20h de TF1 et France 2 nous abreuvent de reportages aseptisés, les Etats-Unis, eux, ont déjà succombé au côté obscur. Mais, s’il n’y avait pas de public réceptif, il n’y aurait pas de  spectacle.

Malgré un final relativement prévisible, Night Call s’affiche comme un miroir de cette Amérique où n’importe qui peut devenir chasseur d’images, certains encore vaguement journalistes, mais jusqu’où peut-on aller ? En l’absence de déontologie, l’humain côtoie le charognard. Bonjour l’évolution de l’humanité, si Darwin voyait ça…

En éveilleur de conscience, il semblerait bien que Jake Gyllenhaal vienne de basculer dans la cour des grands, des très grands. Excellent film ! Oscars vous avez dit Oscars ?

PS : Si vous aimez l’envers du décor des chaînes d’infos américaines, dignes de ce nom, je vous conseille l’excellente série Newsroom.

Night Call de Dan Gilroy - Avec Jake Gyllenhaal, Rene Russo et Riz Ahmed
Sortie le 26 novembre 2014


Passionnée par le 7ème art, Sand est chroniqueuse cinéma pour le blog collaboratif Belle et Cultivée depuis près de trois ans. Vous pouvez la retrouver quotidiennement sur son fil Twitter. Appréciant aussi bien les films d'auteur que les blockbusters, elle porte un regard aigu et éclairé sur les productions actuelles. Verbe haut et plume acérée, ses chroniques sauront vous séduire par la qualité de leur analyse, leur bonne humeur contagieuse. Avec Sand, partage est le grand mot. C'est un immense plaisir pour la Dream Team Ciné de ParisianShoeGals de la compter parmi nous. Souhaitons-lui la bienvenue !





3 commentaires :

Alexandre a dit…

Comme d'habitude où que tu écris Sand, c'est un plaisir de te lire !

Je me doutais que nous allions avoir un avis partagé sur ce film, même si moi j'orienterai plus mon article sur l'incroyable performance de Jake Gyllenhaal :)

Un film à voir, vraiment saisissant.

Caroline a dit…

J'ai beaucoup de chance de la compter parmi nous ! ;)

Sand Belleetcultivée a dit…

@Alexandre Oooooooh comme c'est gentil ! :-D Merciiii Alex.Je suis d'accord avec toi : le point fort de ce film est Jake Gyllenhaal, cela faisait bien longtemps qu'un acteur ne m'avait pas sidérée par une telle performance !

@Caroline eh bien, chui toute rouge :-) , merci Caro ! Suis très heureuse de rejoindre la team de PSG, que des passionnés, j'adore !!

Share this

Related Post