mercredi 22 octobre 2014

Paris : Les Enfants du Monde de Rachid Khimoune - Parc de Bercy - XIIème



Œuvre du sculpteur français Rachid Khimoune, Les Enfants du Monde est un ensemble de vingt et une sculptures de bronze, installé depuis 2001 dans le parc de Bercy sur la terrasse qui domine la Seine au niveau de la passerelle Simone-de-Beauvoir. Représentant vingt et un pays différents, vingt et une cultures, les statues sont réalisées à partir de moulages d’empreintes urbaines - plaques d’égout, bitume fracturé, pavés, asphalte, utilitaires de la voirie - relevées dans les villes, prélevées dans les rues des grandes cités postindustrielles et des pays que chaque enfant symbolise. « Tous les bitumes se ressemblent, pourtant les plaques d’égouts et les grilles d’arbres se distinguent d’une ville à l’autre comme un tatouage sur la peau. Ces signes révèlent même l’identité de la ville… J’aurais moulé les mots : Eau – Assainissement – Gaz – Electricité dans toutes les langues du monde » raconte Rachid Khimoune.








L’idée nait au début des années 80 alors que Rachid Khimoune observe sa fille et ses camarades former une ronde dans la cour de son école maternelle. De cette inspiration réalisée, dont l’ensemble forme un conte universel, l’artiste a réalisé plusieurs séries implantées en France et à travers le monde. La première voit le jour en 1985 à Blanc-Mesnil, la seconde en 1993 à Neuchâtel. Les vingt et une sculptures du parc de Bercy trouvent place le long de la Seine en 2001 tandis qu’en 2009, c’est l’Université Américaine d’Abu Dhabi qui reçoit ces singuliers visiteurs.  En 2010, leurs frères et sœurs prennent position sur le site de l’Exposition Universelle de Shanghai.













Chaque personnage de bronze pèse environ 150 kg. Afin de leur donner à chacun une personnalité propre, Rachid Khimoune se promène à travers les rues des pays qu’il entend représenter et procède à des moulages à l’élastomère des éléments qu’il repère et qui l’intéresse à la fois plastiquement et symboliquement. L’artiste aime à nommer ses sculptures « extraterrestres » car elles sont extraites du sol. Pièces industrielles, fragments de texte, émanations urbaines, grilles, pavés, commutateurs, se retrouvent ensuite comme autant de motifs forts des cultures qui les ont générés. A travers une démarche artistique riche et singulière, proche de l’art brut, le sculpteur fasciné par la forme propre à chaque pays et l’allégorie qu’elle génère, s’obstine à préserver le grain des textures, les accidents, les ruptures, la trace du passage des hommes. Comme un archéologue de la société postindustrielle, il prélève des éléments de nos décors urbains, la marque de l’asphalte des cités du Monde transcendant les objets de tous les jours à travers un rituel magique qui magnifie le quotidien et permet de « voir ce que l’on ne voit plus, regarder autrement, dans la magie et le rêve.» La récupération d’objets expérimentés marque également l’expression d’attachement aux racines. Chaque élément est une invitation au voyage, à la curiosité et à la poésie.







L’aspect ludique des Enfants du Monde, symbole de fraternité et de tolérance, cet émerveillement devant la vie humaine, sa diversité et cette capacité à réenchanter, procède d’un imaginaire proche de celui de l’enfance. Ce sont les plus jeunes qui intuitivement saisissent les premiers la démarche. “Des enfants ont toujours été associés au processus de fabrication des moulages. Dans la rue, pour les repérages ou la pose de l’élastomère sur les plaques d’égout, ces premiers curieux n’ont jamais hésité à s’impliquer avec moi. Sans discours référentiel, ils comprennent spontanément que telle plaque deviendra ventre, que telle autre sera visage et que ces extraits du sol deviendront un personnage Enfant du Monde.”











La générosité des mécènes et des sponsors permet de réaliser deux séries de sculptures, chaque double ayant pour vocation de rejoindre le pays qui l’a inspiré. Jusqu’à présent, les Enfants du Monde de Monaco, du Mexique, d’Andorre, d’Italie, du Maroc, du Burkina Fasso et de la Chine ont retrouvé leur terre natale. A suivre. 

Les Enfants du Monde de Rachid Khimoune
Parc de Bercy au niveau de la passerelle Simone-de-Beauvoir - Paris 12


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Share this

Related Post