vendredi 31 octobre 2014

Paris : Demeure 10, une sculpture monumentale d'Etienne-Martin - Parc de Bercy, jardin Yitzhak Rabin - XIIème



Installée dans le parc de Bercy au fond du jardin Yitzhak Rabin au centre d’un bassin recouvert de nénuphars, Demeure 10, sculpture monumentale en bronze créée par Etienne-Martin (1913-1995) en 1968, appartient à la série des Demeures débutée en 1954. Cette série évoque la maison natale de l’artiste à Loriol dans la Drôme, maison qu’il a été obligé de vendre en 1945 au décès de ses parents. Ce choc affectif a profondément modifié l’orientation de son œuvre passant d’une statuaire figurative axée à une sculpture plus centrée sur l’environnement tout en poursuivant son étude du corps et du visage humain . Il avait choisi la sculpture "parce que je n'étais pas foutu de faire autre chose (...) Et plus sérieusement parce que la sculpture est quelque chose que l'on peut attraper à bras-le-corps, embrasser, autour de laquelle on peut tourner, à l'intérieur de laquelle on peut évoluer, à l'intérieur de laquelle on peut éventuellement pénétrer", expliquait-il dans un entretien à Libération en 1992. Expérimentant la matière, bois, pierre, plâtre, utilisant des matériaux étrangers, jusque là, à la sculpture comme le tissu, Etienne-Martin a développé une pratique singulière très personnelle marquée par le goût de l’énigme.







Figures méditatives, compactes, repliées prenant naissance à travers une technique de taille directe de la matière, les sculptures d’Etienne-Martin constituées de formes pleines creusées sont les morceaux d’un puzzle reflet de l’intériorité de l’artiste procédant d’un échange intérieur extérieur qui met en parallèle la fois la charge rituelle du traitement des matériaux et la mythologie personnelle de la maison perdue. La statuaire monumentale devient elle-même un environnement. Prolongement d’une vision architecturale, la série des Demeures comporte vingt sculptures habitats de différentes tailles, conçues pour être visitées, pour déambuler, s’asseoir, les parcourir en flânant ou bien trouver refuge en leur sein. Façades accidentées et réminiscences tribales, en 1960, alors qu’elles étaient en plâtre, les Demeures sont coulées dans le bronze acquérant une dimension pérenne. Dialogue intérieur extérieur, ces œuvres formulent matériellement une réflexion poussée sur l’architecture mentale, une quête spirituelle complexe dont la matière des souvenirs d’enfance suggère la nostalgie de la mère à travers une démarche cathartique, autobiographique marquée par la perte de la maison natale. "Une chose obsessionnelle, liée à ma vie propre, sans plus et sans moins. Un jour, j'ai été obligé de me séparer de ma maison, là où j'étais né, et j'en ai été choqué et peiné. Mais elle est restée tellement présente en moi que j'ai eu le désir de l'explorer (...) En travaillant sur ce thème, j'ai retrouvé la forme, la lumière, les gens, tout ce qui constituait l'âme de cette maison."









Inspiré par l’enseignement de Georges Gurdjieff et les philosophies ésotériques du début du XXème siècle, Etienne-Martin s’est intéressé à l’intégration des forces vitales, l’harmonie résidant dans l’ordre cosmique et à l’accès à la connaissance de soi permettant de dépasser les conditionnements de la société. De nombreuses influences artistiques, lui ont été prêtées du palais du facteur Cheval à la littérature comme Notre-Dame de Paris de Victor Hugo ou la science-fiction de Lovecraft. Lui-même se disait volontiers profondément marqué par sa rencontre avec Marcel Duchamp. "Pour moi, Duchamp a été une étoile (...) J'étais très impressionné par l'énigme qu'il me posait. Car ses tableaux, et le Grand Verre en est un magnifique exemple, sont une constante énigme. Il faut dire aussi que je l'ai bien connu, c'était un personnage infiniment sympathique, mystérieux et d'une fantastique intelligence."





Ami de l’écrivain Henri-Pierre Roché, proches des architectes du groupe Oppède animé par Bernard Zehrfuss, du peintre Alfred Manessier et du sculpteur François Stohly du groupe lyonnais d’avant-guerre Témoignages animé par Marcel Michaud, ce contemporain du Pop art, du Minimalisme et du Nouveau Réalisme aura su trouver une voie singulière, unique à travers une œuvre régulièrement célébrée par le Centre Georges Pompidou, musée possédant la plus grande collection de sculptures d’Etienne-Martin.

Demeure 10 - Etienne-Martin
Parc de Bercy - Jardin Yitzhak Rabin - Paris 12

Share this

Related Post