lundi 15 septembre 2014

Lundi Librairie : Malavita de Tonino Benacquista



Les Blake, famille américaine atypique, emménagent dans un petit village normand du nom de Cholong-sur-Avre. Frederick, le père, membre éminent de la Mafia new-yorkaise a témoigné lors d’un procès retentissant contre ses frères d’armes faisant tomber les plus grands parrains de la Cosa Nostra américaine. Repenti âprement recherché, c’est toute sa petite tribu qui se retrouve embarquée dans le programme de protection des témoins du FBI. Frederick le père, Maggie la mère, le fils Warren et Belle la fille, installés sous haute surveillance, s’essaient à la paisible vie de la province française. Malavita leur chien, un flegmatique bouvier australien, veille sur cette turbulente famille d’expatriés régulièrement déplacée afin de préserver leur couverture.

Frederick Blake, de son vrai nom Giovanni Manzoni, nourrit une profonde nostalgie pour son passé de mafieux. Il décide se faire passer pour un écrivain rédigeant un essai sur le Débarquement. En réalité, il passe ses journées devant une antique machine à écrire, à raconter, dans le plus grand secret, la sanglante épopée de sa vie antérieure, revivant ses exploits et dévoilant en détails les arcanes du crime organisé. Maggie cherche la rédemption à travers les bonnes œuvres et le bénévolat dans différentes associations caritatives. Warner victime de racket dès son premier jour de classe parvient à renverser la situation à son profit. Il devient une sorte de leader indispensable auprès de ses nouveaux camarades, tandis que Belle, distante beauté au prénom prédestiné, fait tourner les têtes.

Déracinés, ils tentent de s’adapter à une normalité dont ils ignorent tout afin de s’intégrer à la population, entre choc des civilisations et un passé qui les met en perpétuel décalage avec cette réalité. Il n’est pas si simple de se débarrasser de cette violence cultivée depuis tant d’année, une violence devenue seconde nature.

Dans ce roman, l’un des plus connus de Tonino Benacquista, on retrouve le formidable talent de conteur de son auteur, cette rythmique impeccable mêlant l’action et l’humour à travers une histoire construite avec précision, ponctuée de dialogues affûtés. Les personnages bien plus subtils qu’il ne pourrait y paraître au premier regard donnent toute sa couleur à un récit mordant, empreint certes de drôlerie mais laissant une part importante à l’émotion et à la gravité. Malgré leur vanité, leur ambivalence profonde et cette nostalgie du mal qu’ils éprouvent tous, le romancier parvient à rendre les membres de cette famille de repentis par très glorieux, anti-héros par excellence, infiniment sympathiques.

Le regard aigu que pose Tonino Benacquista sur le petit monde de cette comédie humaine pousse la réflexion au-delà du simple divertissement, du simple polar peuplé de gangsters repentis. Malavita évoque des thèmes profonds tels que la rédemption, l’impunité et la culpabilité. L’imagination fertile de son auteur règle avec une précision d’orfèvre des trouvailles scénaristiques où les coups de folie viennent éclairer la noirceur de la réalité, d’une lumière savoureuse non dénuée de malice. Un vrai bonheur que je recommande chaudement !

Malavita de Tonino Benacquista - Editions Gallimard - Collection de poche Folio




Share this

Related Post