lundi 8 septembre 2014

Lundi Librairie : La vérité sur l'affaire Harry Quebert - Joël Dicker



Markus Goldman, jeune écrivain dont le premier roman a été chaleureusement accueilli par la critique et plébiscité par le public, affronte le syndrome de la page blanche. Afin de surmonter ses blocages, il décide de retourner auprès de son mentor qui fut autrefois son professeur et qui est devenu son ami, le célèbre Harry Quebert. Celui-ci considéré comme l’un des plus grands auteurs de son temps n’a pourtant jamais cédé aux sirènes de la ville et a passé toute sa vie dans la petite ville d’Aurora, New Hampshire, là même où, il y a trente ans, il écrivait le livre qui lança sa carrière, l’histoire d’une idylle entre une jeune femme et un homme plus âgé. Marcus replonge dans son propre passé et se souvient de la rencontre décisive avec son maître en littérature grâce auquel il cessa d’être un truqueur pour se réaliser. Pendant son séjour chez Harry, il trouve par hasard, cachée dans la bibliothèque, une boîte contenant de troublants souvenirs datant de plus de trente ans qui évoquent la liaison du grand écrivain avec une adolescente de quinze ans, Nora Kellergan. Alors qu’Harry élude les questions trop précises de son protégé, le corps de la jeune fille portée disparue depuis 1975, est découvert enterré dans son jardin avec le manuscrit original du roman d’amour qu’il lui avait dédié. Harry Quebert est accusé de meurtre. Markus, convaincu de l’innocence de son mentor, mène l’enquête en parallèle de celle de la police malgré les pressions diverses qui tenteraient de l’en dissuader.

Polar à l’américaine et roman d’apprentissage, La vérité sur Harry Quebert fait partie de ces livres que l’on appelle page turner. Haletant, ce roman se lit d’une traite malgré son épaisseur. L’intrigue habilement menée dans un style fluide, simple, proche de l’oralité, se déploie autour de l’obsédante enquête sur l’assassinat de cette nouvelle Lolita qu’est Nola. Rebondissements inattendus, retournements de situation et coups de théâtre, le récit complexe agencé avec intelligence suit une construction précise, redoutable machinerie dont le suspense tient le lecteur en haleine tout du long. Les pièces du puzzle qui se font jour brouillent les pistes en s’assemblant jusqu’à la révélation finale.

A travers les trente et un conseils d’Harry Quebert pour écrire un grand roman qui ponctuent le livre entre les chapitres, l’auteur souligne l’idée de transmission donnant à son ouvrage une dimension initiatique reprise dans les rapports entre les deux principaux protagonistes. Au sujet de la production littéraire, Joël Dicker nous livre sans rancune, non sans un certain humour, ses réflexions concernant le statut de l’écrivain devenu producteur de biens marchands lambda. Compromissions, course au best-seller, il dénonce le cynisme commercial qui empoisonne le microcosme de l’édition.

Au-delà du thriller rondement mené, Joël Dicker parvient à dresser le féroce portrait d’une Amérique à la fois pudibonde et hypocrite, symbole de notre époque. Roman de mœurs entre les aigreurs paradoxales du puritanisme de façade et la permissivité de l’intime, l’auteur épingle les travers de la société contemporaine notamment l’omniprésence des médias. Un roman agréable à lire, ponctué de clins d’œil aux plus grands auteurs américains comme Philip Roth, sans grandes prétentions littéraires mais diablement bien ficelé.

La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker - Editions De Fallois - Collection de poche De Fallois Poche - Prix Goncourt des lycéens 2012 et Grand Prix du roman de l'Académie française





3 commentaires :

marion a dit…

Ce roman est l'un de mes coups de coeur de l'an dernier! Joel Dicker est, je pense, un auteur à suivre de près.

Koalisa a dit…

J'ai beaucoup aimé ce livre malgré ses faiblesses !

flo a dit…

Très bien ficelé comme tu dit !
Malgré quelques petites choses qui m'ont agacées, je n'ai pas décroché jusqu'à la fin :)

Share this

Related Post