lundi 23 juin 2014

Lundi Librairie : Just Kids de Patti Smith



Autobiographie pudique et exaltante, récit initiatique, histoire d’amour libre et éperdue, Just Kids retrace à travers les souvenirs vagabonds de son auteur la genèse de deux artistes d’exception Patti Smith et Robert Mapplethorpe. A travers, ce texte tout en retenue, Patti Smith raconte son enfance modeste, sa passion pour Arthur Rimbaud et son arrivée à New York en 1967 après avoir confié son bébé, conçu beaucoup trop jeune, à une famille d’accueil. Démunie, des rêves plein la tête, elle vit dans la rue, travaille chez Bertano’s mais ne cesse de créer. Sa rencontre avec Robert Mappelthorpe, jeune artiste à la beauté saisissante va bouleverser sa vie. Ils partagent le même enthousiasme, la même innocence. Ils seront l’un pour l’autre amant, ami, muse, des âmes sœurs dont la relation totale faite d’émulation artistique et d’admiration réciproque les poussera vers la révélation sur la voie de l’art.

Evocation fascinante du New York undergound et arty de la fin des années 60, instantané d’une époque, Just Kids comme une ode à la bohème, entraîne le lecteur sur les traces de marginaux hauts en couleurs, du mythique Chelsea Hotel à la Factory de Warhol. William Burroughs, Allen Ginsberg, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Sam Shepard passent à travers les pages, fulgurances tandis que cette communauté réinvite la vie et le rock donnant un nouveau sens à leurs existences à vif. C’est avec une grande simplicité que Patti Smith évoque toutes ces grandes figures, cameo prestigieux de sa très belle histoire avec Robert Mapplethorpe.

En effet, son récit se concentre sur l’intime, la douleur et la beauté de la relation qu’elle entretenait avec celui qui allait devenir l’un des plus grands photographes américains, leur apprentissage commun et l’incroyable ténacité de ses enfants perdus, êtres pétris de poésie conservant leur grâce malgré toutes les vicissitudes de la précarité. Un livre qui parle de loyauté, d’amour et de la découverte de soi à travers l’art. Fidèle à elle-même, à l’âme du rock, celle que l’on surnomme la marraine du punk nous offre un texte magnifique, tendre et sincère dont la plume confirme un véritable talent littéraire, une voix profonde et dense. Une envoûtante histoire au romantisme poignant, un conte rock bouleversant.

Just Kids - Patti Smith - traduit de l’anglais par Héloïse Esquié - Editions Denoël - Collection de poche Folio


2 commentaires :

Sand a dit…

Toute une époque que tu me donnes envie de découvrir ! Hop sur ma summer liste !

Caroline a dit…

Je l'ai lu juste après ma visite de l'expo Mapplethorpe au Grand Palais et j'ai presque regretté de ne pas l'avoir fait avant. Je pense que j'aurais découvert ses photos sous un angle différent.

Share this

Related Post