lundi 10 mars 2014

Lundi Librairie : Une vie à brûler de James Salter



James Salter, écrivain américain culte de 88 ans, retrace dans Une vie à brûler, l'histoire d'une existence aussi romanesque que ses écrits. Autobiographie singulière, il ne livre pas le récit de sa vie de façon linéaire mais en cherchant à se souvenir des émotions fugaces, des femmes, des voyages, des rencontres importantes Vladimir Nabokov, Graham Greene, Irwin Shaw son mentor, Joe Fox son éditeur, Roman Polanski, Robert Redford. Il évoque les moments mémorables, ceux dont on garde le souvenir jusqu’à la fin, comme on feuilletterait rétrospectivement le livre de sa destinée, tournant les pages avec tendresse, nostalgie voire une certaine mélancolie.

Après une enfance new-yorkaise, suivie par des études à la prestigieuse école militaire de West Point, James Salter devient pilote de chasse de l’US Air Force, flirte avec la mort pendant la guerre de Corée, visite l’Allemagne, l’Italie, la France à laquelle il voue une vraie passion, croise le chemin de femmes troublantes. Il démissionne de l’armée peu de temps après la parution de son premier roman pour se consacrer à l’écriture. Le lieutenant colonel James Horowitz quitte l’uniforme pour se révéler sous le pseudonyme de James Salter, romancier et scénariste à Hollywood.

Dans Une vie à brûler, l’existence passe sous la forme d’instantanés frappants, d’esquisses délicieuses, bribes poignantes de quotidien qui composent un tableau lumineux où les moments de bonheur, petites choses et grands éclats, se glanent au fil de la mémoire.  L’auteur se récapitule lui-même à travers cette série de moments précieux, d’images fortes ou tendres. Drôle, émouvant, parfois vachard envers ceux qui croisent au loin, ce récit frappe par la qualité d’écriture, l’élégance rare d’un style ciselé dont les phrases effilées fusent, éclairant le texte d’une lumière remarquable, la voix d’un grand écrivain. L’histoire d’une vie, la légende ironique et souriante d’un flambeur magnifique qui aime l’existence autant que les femmes et la littérature.

Une vie à brûler de James Salter - traduit de l’anglais par Philippe Garnier - Editions de L’Olivier - Collection de poche Points




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 commentaires :

Clotilde Birch a dit…

J'avais peur que l'écriture de ce livre ne soit trop classique à mon goût. Cela n'a pas l'air d'être le cas selon ce que tu en dis. Je vais me laisser tenter.

Caroline a dit…

Je te le conseille sans réserve !

kirzy a dit…

Bonjour, roo faut que je le lise, je sens que cela me plairait beaucoup ! Merci du conseil lecture ! Bonne journée.

Caroline a dit…

Je te conseille de lire ou relire également Un bonheur parfait du même auteur. Un merveilleux styliste.

Share this

Related Post