lundi 24 février 2014

Lundi Librairie : Darling de Jean Teulé



Enfant boulotte et mal-aimée, Catherine, qui tient à se faire appeler Darling en référence à une chanson de Rock Voisine, grandit dans une ferme de Basse Normandie au bord d’une nationale. Rongée par l’ennui et la solitude, entourée par une famille inculte, cruelle, vulgaire, Darling n’a qu’un seul désir partir. Alors qu’elle perd ses deux frères dans des circonstances dramatiques, elle rêve d’ailleurs en voyant passer les poids lourds qui font trembler la maison familiale. Sur la CiBi, radio-amateur des routiers, symbole de liberté, elle rencontre Joël alias Roméo, transporteur de bestiaux pour un abattoir. Elle s’enfuit avec lui et l’épouse. Brute abjecte et alcoolique, il va lui faire vivre un calvaire entre violences conjugales, humiliations, tortures morales et physiques.

Jean Teulé délivre dans ce court roman mêlant dialogues et récit de vie, l’histoire vraie d’une cousine éloignée venue à sa rencontre pour lui conter sa trajectoire, un destin violent et tragique. Au fil des pages, l’auteur traduit en filigrane sa compassion pour son héroïne, son admiration pour le courage et la rage de vivre d’une femme accablée par le sort, ignorée et méprisée par la société, souffre-douleur qui pourtant ne se pose jamais en victime.

Dans un style incisif, parfois très cru, teinté d’humour noir, mise à distance nécessaire, Jean Teulé compose subtilement un récit saisissant qui dénote la compréhension intime d’une certaine frange de la population. Le chaos de la vie, succession de drames, l’inexorable chute et l’horreur qui s’invite à l’improviste, l’auteur repousse au-delà du supportable, à l’instar du destin qui s’acharne, la frontière du sordide sans jugement ni pathos. Un tableau devant lequel on ne peut que ressentir un profond malaise, une incrédulité ahurie, amplifiés par les descriptions abondamment détaillées des turpitudes que subit son héroïne.

Enfant martyre, femme battue, mère déchue de ses droits, Darling est le symbole des naufragés de la société, de ces trajectoires en marge, ces vies sans affection, sans respect, sans ressource. Un témoignage fort dans la veine des drames naturalistes, une peinture au vitriol de la misère sociale d’une certaine France rurale déprimante et arriérée, une charge magistrale contre les violences faites aux femmes.

Darling - Jean Teulé - Editions Julliard - Collection de poche Pocket




6 commentaires :

Charlène KERN a dit…

J'ai lu ce livre il y a quelques années maintenant et je n'en suis pas ressortie indemne ! Je trouve que le style d'écriture est vraiment très (trop?) crue! Mais au moins, il ne passe pas par quatre chemins!

Caroline a dit…

Tout à fait d'accord, un roman d'une rare âpreté qui porte un regard sans concession sur un univers déshumanisé. Un livre susceptible de nous secouer à ce point est gage de qualité selon mes goûts. Mais je ne le conseillerais pas à tout le monde.

kirzy a dit…

C'est exactement ça !!! je suis sortie toute secouée de cette lecture, me disant que ce n'était pas possible, tous ces malheurs et cette animalerie crasse, ahurie comme tu dis ...

Caroline a dit…

On a du mal à appréhender le fait que ce soit réel. Qu'il existe une marge de la population qui vit de pareilles horreurs.

yuko a dit…

Je le note, merci du partage !

Janis Ensucre a dit…

Pour ma part, j'ai juste vu le film (avec Marina Foïs), qui joue très bien d'ailleurs. Histoire poignante. Pourquoi pas lire le livre ...

Share this

Related Post