lundi 13 janvier 2014

Lundi Librairie : La vie de Patachon - Pierre de Régnier




L’entre-deux-guerres, les années folles. Emma Patachon habite avec sa tante, concierge d’un immeuble rupin où loge une grande cocotte. Elle n’a que 15 ans lorsqu’elle croise l’un des nombreux admirateurs de la courtisane, le richissime Colonel MacAdam. D’une grande beauté, il ne faut qu’un coup d’œil au galant et vigoureux millionnaire pour s’éprendre de la si fraîche Emma. Malgré l’énorme différence d’âge, il l’enlève puis l’entraîne de l’autre côté de l’Atlantique, de l’Amérique du Sud aux Etats-Unis où il lui fait mener grand train. Cinq ans plus tard, ils sont de retour à Paris. Emma fausse compagnie à son vieux protecteur pour rejoindre la petite troupe de Fifi Biquet et ses amis, joyeux lurons nyctalopes, jeunes gens bien nés qui s’ingénient à dilapider le patrimoine familial en fêtes dantesques et parties fines. S’ensuivent six mois de soirées endiablées jusqu’à tirer le diable par la queue, vendre ses bijoux, jouer aux courses pour se refaire et accumuler les dettes dans tous les lieux à la mode. Les mœurs sont légères, l’esprit acéré, le whisky et le champagne coulent à flot, toutes les extravagances sont permises.

Pierre de Régnier, fils du poète Henri de Régnier, petit-fils d’un autre poète José Maria de Heredia et fils biologique de Pierre Louÿs, nous livre une autobiographie à peine dissimulée voire même revendiquée. Un instantané plein d’allégresse du Paris des années folles, ville de tous les excès où convergent les plus grands écrivains, les peintres les plus modernes, ville de toutes les fêtes, peuplée de créatures noctambules qui se lèvent à 18h un Manhattan en guise de petit-déjeuner et se couchent à 8h du matin après des bringues échevelées.

Un portrait sur le vif des jeunes noctambules parisiens des années 20 qui brûlent la vie par les deux bouts, de la Ville Lumière à la Côte basque, de Chantilly au Ritz - l’hôtel Banania dans le roman. Et dans cette existence dissolue où l’on ne se soucie pas du lendemain, il ne serait pas étonnant d’entendre l’un des protagonistes s'écrier : No future ! Premier punks ?

L’auteur apporte un témoignage d'une drôlerie absolue sur une époque très sexe drogue et jazz par rapport à laquelle les aficionados du Palace des années 80 font pâle figure. Il n’y a que la fin des années 60 où l’on retrouve une telle désinvolture enchantée. Enlevé, joyeux, ce texte rédigé d’une plume alerte, impeccable, ardente, est d’une incroyable modernité. Un roman intemporel dont le ton infiniment gai concède un sentiment de grâce à la débauche, révèle l’expression d’une joie de vivre et d’une insouciance propre à la jeunesse.

La vie de Patachon - Pierre de Régnier - Editions Le Castor Astral




Share this

Related Post