lundi 16 décembre 2013

Lundi Librairie : Mangez-le si vous voulez de Jean Teulé



Dans la lignée de ses romans historiques, Jean Teulé nous conte un abominable fait-divers survenu au XIXème siècle dans le Périgord. Le 16 août 1870, alors qu’une terrible sécheresse s’abat sur la région et que la guerre avec la Prusse de Bismarck prend une mauvaise tournure pour le Second Empire, Alain de Monéys, jeune nobliaux au grand cœur se rend à la foire de Hautefaye, village situé à quelques kilomètres de chez lui. Il cherche un couvreur afin réparer le toit d’un agriculteur dont la grange a été frappée par la foudre et compte acheter une génisse pour aider une voisine indigente. Aimé de tous, il a été récemment élu au conseil municipal de Beaussac. Il vient faire part d’un nouveau projet d’assainissement des marais qui profitera à toute la contrée. Ayant refusé par principes d’échanger sa place en payant pour envoyer quelqu’un de moins fortuné en remplacement, il doit partir à l’armée combattre les Prussiens la semaine suivante. Alors que cet irréprochable jeune homme arrive à l’entrée du village, il est victime d’un malentendu qui provoque les ires d’une population ivre de vin et de sang, une méprise qui lui sera fatale. Pendant plus de deux heures, malgré les rares courageux tenant de s’interposer, la foule déchaînée s’acharne sur lui avec une rare barbarie. Il est lynché, torturé puis brûlé vif et finalement dévoré.

Avec une minutie clinique, Jean Teulé retrace le calvaire d’Alain de Monèys, le piège qui se referme sur lui à son entrée dans Hautefaye, sa longue agonie étape par étape entre les mains d’une assemblée devenue monstre à plusieurs têtes, hydre en furie. A partir, d’une trame de vaudeville, un malentendu, l’auteur dresse l’inventaire sanglant d’une paranoïa collective qui tourne au drame. Cette communauté rendue folle par l’angoisse, entre la sécheresse qui affame la population et la guerre désastreuse contre la Prusse, est en quête d’un bouc émissaire. Le village tout entier pris d’une fièvre insensée déverse sur un  innocent, la rage et la peur contenue, victime expiatoire, figure sacrificielle.

Jean Teulé a longuement étudié, à travers des ouvrages de référence, le mécanisme des foules, leur psychologie, cette pulsion de mort qui rassemble dans un déchaînement morbide. De page en page, c’est une escalade dans l’horreur servie par le réalisme d’un style incisif, ponctué de notes d’humour noir lorsque l’auteur décrit la bêtise avinée des marchands, le sadisme grand-guignolesque de ceux qui sont, l’espace d’un instant, accusés d’avoir des liens avec la victime jusqu’au cannibalisme suggéré par le maire du village qui a ce mot tragique « Après tout, mangez-le si vous voulez... » Une violence détaillée presque insoutenable à la lecture qui interroge sur la folie sanguinaire des foules, la noirceur de l’âme humaine, l’hystérie collective.

Mangez-le si vous voulez - Jean Teulé - Editions Julliard - Collection de poche Pocket

4 commentaires :

Priscilla Sansnom a dit…

Dur à lire ce livre, mais je l'avais adoré ! (comme tous ceux de cet auteur ^^)

christine a dit…

J'aime beaucoup cet auteur, je vais m'offrir ce livre.

Mme Statler a dit…

j'ai adoré ce livre. je n'ai jamais fait autant de pauses... ça retourne le bide quand même

Caroline a dit…

Un livre très dur, fascinant, dérangeant. J'ai lu une interview de Jean Teulé dans laquelle il expliquait à quel point cela avait été difficile d'écrire ce livre.

Share this

Related Post