mercredi 23 octobre 2013

Mes Adresses : Le Bar à Burger, inspiré et original - 18 avenue Claude Vellefeaux - Paris 10



A deux pas de la place Sainte-Marthe, quartier festif mi-bobo mi-popu, repère de petits restos sympathiques pour toutes les bourses, se trouve la dernière sensation parisienne en matière de burger. Ouvert fin septembre, le Bar à Burger, BAB pour les intimes, est le bébé de trois jeunes gens plein d’avenir qu’une passion culinaire commune a réunis.

Abdel Alaoui a été formé auprès des plus grands chefs Pierre Gagnaire, Michel Rostang mais il est également comédien. Vous l’avez certainement déjà remarqué dans l’Edition Spéciale du midi de Canal + où il présentait une chronique gourmande ou bien encore sur le câble. Le second associé est Grégory Cohen fils de restaurateurs, à l’origine producteur TV et surtout, enfin surtout dans le cadre de ce billet, auteur d’un blog culinaire fort réussi Un homme aux fourneaux. Le troisième larron au préalable associé de Grégory dans la production télévisée se nomme Yannick Brunel.  Ils partagent une certaine philosophie de la cuisine gourmande. Le BAB redonne ses lettres de noblesse au plat phare de la restauration rapide en valorisant les produits et les artisans.






La déco bistro-indus, chinée par Anne K ne manque pas de charme. Au sol un parquet larges lattes tandis qu’aux murs alternent pierre de taille, papier peint anglais dans l’esprit Graham & Brown et longues ardoises. Petites tables en bois et chaises en formica complètent le côté rustique chic. Au fond de la grande salle lumineuse, pleine vue sur les cuisines derrière une large baie vitrée. Autant vous dire que ça usine sévère aux fourneaux.

Côté carte, le burger est roi. Mais pas n’importe lequel. Recettes travaillées, expérimentations et amour des beaux produits font la part belle à la générosité. Les ingrédients sont plus qu’inventifs : caviar d’aubergine, truffe, wasabi, Tomme de Savoie, Comté affiné 15 mois, coriandre, pickles de radis. De quoi piquer au vif la curiosité des becs-fins les plus retords. Les buns signés Gontran Charrier, maître boulanger dont les recettes séduisent beaucoup dernièrement  - on ne va pas s’en plaindre d’ailleurs - sont, touche rigolote, marqués au fer d’un B. Je trouve le pain noir à l’encre de sèche du burger Black Tentacules au calamar entraperçu à une table voisine, tout à fait spectaculaire.






Passons à la dégustation. Pour ma part, Le Burger qui fume 14,50 euro : pain au paprika fumé au foin et mélange d’herbes séchées, steak, mozzarella di buffala, pickles de radis blanc, carottes caramélisées, roquette, tomates fraîches, oignons, mayonnaise à la truffe noire. Et cette création apportée sous cloche nimbée de fumerolle blanche fait le show avec beaucoup de malice. A l’ouverture, parfums de foin et de feu de bois  embaument. N’allez pas songer qu’il ne s’agit que d’un coup d’esbroufe, les arômes subtils d’herbes fumées apportent une touche vraiment originale à ce burger. La mozza glissée dans le steak à la cuisson contribue au moelleux de la viande. La gaillardise des pickles de radis alliée au croquant des carottes nous feraient presque trouver cette roborative spécialité diététique. 




Ma comparse a opté quant à elle pour la version Dégustation mini : 2 mini burgers au choix 14,50 euro. D’une part, le Wasabi Burger - 12,50 en grand format : pain classique, steak, oignons, concombres, tomates, salade, graines de pavot, cheddar, sauce soja, wasabi, poivre, ketchup. Epatant dans la subtilité d’une sauce relevée au condiment japonais. Deuxième mini-burger le Cheese not so classic - 12,50 en grand format : pain classique, steak, tomme de Savoie, tomates, cornichons, pickles, salade, oignons blancs croquants, ketchup, mayonnaise maison. Du côté des frites, elles sont maison et accompagnées d’un coleslaw pour la version classique. Et là, il se passe un truc fou avec la spécialité du chef les frites au pecorino à la truffe. Une tuerie, même si je préfère les frites plus croustillantes. 





Poussant l’expérience jusqu’au bout et bien que déjà repues, nous nous sommes lancées dans l’aventure du dessert. C’est à la chef-pâtissière maison que l’on doit les pâtisseries américanisantes à la carte. Si la banoffee pie très crémeuse manque un peu de caramel et de repartie, le cheesecake ultra léger presque mousseux est à tomber.

Le Bar à Burger et bien les amis, je dirais, über cool. Des trouvailles culinaires d’anthologie, un accueil charmantissime, une addition riquiqui. Que demande le peuple ? Le genre d’adresse où l’on retourne avec plaisir afin de découvrir toute la carte, P’tit Gigot et Black Tentacules en tête de liste. Alors, tentés par le nouveau spot burger de la Capitale ?

Formules déjeuner :
plat + accompagnement + boisson : 15,50
plat + accompagnement + dessert + boisson : 18,50
entrée + plat + accompagnement + boisson : 21,50

Le Bar à Burger - BAB
18, avenue Claude Vellefeaux - Paris 10
Horaires : 12h à 15h du lundi au mercredi, 12h à 15h et 19h30 à 23h du jeudi au samedi, 11h à 16h le dimanche pour le brunch
Tél : 01 42 00 19 68

4 commentaires :

Luciana Martins a dit…

Miam que c’était bon !!!

AuroreInParis a dit…

Est-ce qu'il y a une version poisson ou veggie ?
Je note cette adresse en plus, et je voudrais aussi tester le dépanneur à Pigalles, ms là faut que je fasse un peu gaffe à ce que je mange !! :)

Caroline a dit…

Ah justement je me demandais si la version calamar collait avec une alimentation végétarienne. Pas d'option poisson mais il y a le Burger Mystère préparé spécialement par le chef selon les spécificités de chaque client donc veggie avec légumes uniquement c'est tout à fait possible. Il existe même des buns sans gluten pour les personnes intolérantes.

Caroline a dit…

Elle est vraiment très chouette cette adresse.

Share this

Related Post