lundi 7 octobre 2013

Lundi Librairie : Podium de Yann Moix



Jean-Baptiste Cousseau alias Couscous, le narrateur sosie de C. Jérôme sous le nom de D. Jérôme, nous conte les aventures rocambolesques de Bernard Frédéric, le plus grand sosie de Claude François de tous les temps. Beau-frère, meilleur ami, road manager et souffre-douleur du double de l’homme aux vestes pailletées, il suit Nanard d’animations de foire en shows au supermarché, aux côtés des bernadettes que la vedette clonée maltraite de la même façon que l’original maltraitait ses claudettes. Bernard Frédéric radin, homophobe, survolté et colérique, beauf misogyne à l’ego surdimensionné, en quête de reconnaissance perpétuelle, ne va pas se contenter de jouer les outsiders. Afin d’atteindre les sommets, il doit passer l’examen de sosie officiel et remporter le concours de La Nuit des Sosies sur France 3.

Podium n’épargne aucune icône de la culture populaire. A travers, Claude François, objet de culte, les sosies  cherchent à s’approprier en lui rendant hommage, une part de la célébrité de l’autre, les miettes de la gloire. Yann Moix réussit à traiter avec un certain sérieux un sujet qui ne l’est pas, dans une transe déjantée, hallucinée. Ce roman tapageur, qui oscille entre le burlesque et le pathétique, doit beaucoup au travail méticuleux de documentation, travail de fou, travail monomaniaque poussé à l’extrême qui souligne l’enthousiasme obsessionnel de l’auteur pour son sujet.

Yann Moix tend vers l'excès avec visiblement beaucoup de joie, faisant preuve d’un sens comique qui prend toute sa dimension dans des dialogues surréalistes, désopilants, ponctués de blagues grasses dont la gouaille jubilatoire possède un côté boulevardier très canaille. Ca n’est pas toujours très fin, ça frise souvent le scato mais c’est plein d’inventivité et de drôlerie. Résolument moderne.

Le désir de célébrité, la fascination pour le vedettariat, la violence de cette aliénation contemporaine commune à tous que nous fait subir la télévision, sont disséqués avec la légèreté salvatrice de la caricature. Ce texte généreux joue également sur la corde sensible de la nostalgie sans pour autant perdre de vue la forme un peu ridicule que prend cette inclination.

Satire du monde de l’image, interrogation sur le poids des media dans une société du spectacle où la plus grande difficulté reste d’exister par soi-même, Podium n’en reste pas moins un roman plein d’humanité à travers lequel affleure la tendresse qu’éprouve l’auteur pour tous ces wannabe devenus des répliques à défaut d’avoir trouvé le succès par eux-mêmes.

Podium de Yann Moix - Editions Grasset - Collection de poche Le Livre de Poche

Share this

Related Post