vendredi 16 août 2013

Paris : Fontaine labyrinthe de Marta Pan - Place des Fêtes - XIXème



La place des Fêtes située en haut de la colline de Belleville surplombe toute la ville. Aux alentours, le quartier hétérogène est marqué par une spectaculaire dichotomie architecturale entre le vaste environnement minéral de la place, large esplanade de béton entourée de tours qui dévorent le ciel et les petites rues pittoresques adjacentes évoquant le vieux Paris. En 1980, la Mairie lance un concours visant à encourager la création de nouvelles fontaines dans la capitale et notamment dans les lieux déstructurés par l’urbanisme des années 60. En introduisant des œuvres d’art publiques dans le tissu urbain, le projet vise à redonner une certaine forme de vie spirituelle. Alicia Penalba et Alberto Guzman participent à ce concours livrant le fruit de leur réflexion plastique autour de l’élément eau mais c’est le projet de Marta Pan (1923-2008), sculptrice française d’origine hongroise - et accessoirement épouse de l’architecte André Wogenscky, collaborateur de Le Corbusier pendant 20 ans - qui est choisi pour orner la place des Fêtes.







Inaugurée en 1987, la fontaine labyrinthe représente de manière stylisée le flux des ruisseaux naturels, agora à taille réduite pavée de galets blancs, amphithéâtre miniature sur lequel ruisselle l’eau dans une ronde scintillante. Le courant d’eau inversé de bassin en bassin accroit visuellement la vitesse du débit. Voici la description qu’en donne Marta Pan elle-même. « La fontaine est composée de cinq bassins concentriques prolongeant les emmarchements avec une faible dénivellation. Les gradins s’enroulent autour de la fontaine et la relient de tous côtés aux terrains environnants. » Selon la plasticienne, la sculpture intégrée à son environnement doit contribuer à la vie du site, en être le prolongement.





Marta Pan tend à formuler la synthèse de l’émotion artistique à travers un vocabulaire plastique qui privilégie les formes simples souvent géométriques. « Toutes les formes rencontrées, subies, dominées, toutes les formes traversées et celles qui m’ont traversées se résument dans la sphère. » Son langage formel exaltant la dualité entre creux et plein, vide et matière, ombre et lumière, intérieur et extérieur est marqué par la recherche du juste rapport entre les lignes, les formes et les masses. Ses réalisations dépouillées se concentrent sur la pureté des lignes mères dans une affirmation minimaliste des courbes. Dans cette lignée de pensée, l’artiste porte une grande attention la matière, la rigueur de la réalisation permettant de dominer la matière et le polissage d’évacuer tout geste expressif. 



L’œuvre de Marta Pan a pour objet une méditation sur l’ordre du monde. L'attirance de l'artiste pour le mouvement naturel impulsé par l’homme ou les éléments a donné lieu à des créations mobiles, des sculptures flottantes, dont la plus célèbre se trouve au Kröller-Müller-Museum à Otterlo au Pays-Bas. Peu connue en France, elle est pourtant l’auteur de nombreuses sculptures monumentales intégrées dans l’espace architectural public (Brest, Rennes, Guyancourt, Saint-Rémy lès Chevreuses), des œuvres d’art expression d’une symbiose entre architecture, sculpture et nature.

Fontaine labyrinthe de Marta Pan
Place des Fêtes - Paris 19

Share this

Related Post