mercredi 15 mai 2013

Troisième challenge littéraire : résumé mis à jour des contributions


Petit rappel de l'avancement des contributions. Les participations sont validées définitivement par la publication des textes sur le blog de nos aventuriers de la plume ou dans les commentaires si blog il n'y a pas. Elles sont ouvertes jusqu'au dimanche 19 mai 23h59.

- les explications du challenge se trouvent ici :

- et le règlement détaillé là :


Le jury, composé d'un critique littéraire, d'une journaliste culture, d'un écrivain publié et d'une éditrice, choisira les trois textes finalistes et rendra son verdict le mercredi 22 mai. Du 22 au 29 mai les trois textes seront soumis au vote des lecteurs.
 
Le gagnant remportera un dictionnaire des mots rares et précieux de poche (si j'arrive à le retrouver, trois Fnac consécutives que je visite sans succès. Je pense passer une commande Amazon si ça continue.)




Voici les premiers paragraphes des contributions de chaque participant et le lien vers le billet de leur blog où vous pourrez lire leur texte intégralement.


1/ Marianne du blog L’étang de Kaeru http://etang-de-kaeru.blogspot.fr/

À genoux, je contemple le caniveau de Neo-Tôkyô. Un spasme. Encore un. Un mouvement flou, juste à la périphérie dansante de mon regard. Un coup. Encore un. Cette fois, je m'écroule, le bitume me râpe la joue. Mes boyaux se tordent, je vomis de la bile. Une masse jaunâtre, acide. Sa teinte me rappelle l'ambre gris des baleines. Et j'ai autant de grâce que le cétacé, échoué ainsi sur le bord du trottoir.

Deux paires de pompes devant mon nez : des converses avec un vieux drapeau délavé des States quand la notion de fédération et le mot « unis » avaient encore une signification, et puis des mocassins classos, en vrai cuir, d'après la texture.

La suite c’est par ici :




2/ Nathalie Desbois  http://deboisnathalie.kazeo.com/

Je vois dans la ruelle
que l’orage nous lance
une ambiance cruelle
sur un ton tourterelle

Avec impatience
le halo de l’éclair
fleur de soufre intense
fait fuir toute présence.

La suite c’est par ici :




3/ Jean-Charles du blog Histoires et nouvelles http://hisvelles.wordpress.com/

Une fois de plus je me suis fait surprendre « Il pleut sur ma ville ». Je n’ai pas mon parapluie et l’averse est impétueuse, violente. Mon rimmel coule et je ressemble sûrement à un clown triste.

Mes escarpins claquent sur le pavé tourterelle. Je suis tout près de chez moi. Je glisse, me tords les chevilles. Autant marcher pieds nus. Je m’y résous. Heureusement j’arrive Passage du Cheval Blanc et aussitôt j’enfile la Cours de Mai. Je suis chez moi enfin. À l’abri.

Mon atelier est en retrait. Attirant le pâle soleil de printemps. La fleur de souffre s’installe parfois sur les murs.


La suite c’est par ici :





4/ Julie (pseudo HC lanuitremue) du blog Imparfaiite, facile comme l’océan http://imparfaiite.cowblog.fr/

Dans le champ lavande du crépuscule lunaire,
L’asphalte rayonne d’un doux reflet orchidée
Et résonne aux assauts de cette pluie rageuse.

L’eau jaillit, rugit puis éclate autour d’elle ses
Reflets majorelle, sa matière translucide
Et peint avec violence le contour des rues.

Alors, elle glisse avec grâce entre les visages
De pierre qui forment le pavé incarnat

La suite c’est par ici :




5/ Céline Emmanuelle du blog Loisirs Créatifs http://celine-emmanuelle.loisirs-creatifs.over-blog.com/


C'est exactement le moment où je sors. 


Il pleut... Le ciel tourterelle est pesant comme la tristesse qui m'envahit subitement. De mornes souvenirs inondent mes pensées et je sens que mon cœur saigne encore... 


Le tonnerre gronde et un éclair majorelle déchire le ciel, surprise par le bruit et les couleurs électriques qui éclairent  l'avenue, je sors de ma torpeur. 


Je regarde l'heure, 6h00, l'horizon me laisse deviner l'aurore et, malgré la pluie, je parviens à apercevoir un infime carré de ciel lavande qui se reflète sur les toits pourpres des usines. 


La suite c’est par ici :






6/ Soylent du blog Le Melting Pot de Soylent :  http://le-melting-pot-de-soylent.blogspot.fr/

Je suis prêt à y aller, à le retrouver.

La nuit tombe, c'est le moment que je préfère.

Quand les commerces ferment à tour de rôle, quand les citadins s'empressent de rentrer chez eux après une journée de dur labeur.

Les rues se vident de leurs passants, désertées par des silhouettes ne souhaitant pas entendre la puissante symphonie du ciel qui se déchire, ni assister à ce show de sons et lumières joué par quelques Dieux qui se moquent de leur condition.

La suite c’est par ici : 




7/ Sand Webique du blog Glanerie Moderne http://glanerie-moderne.tumblr.com/


J’t’en foutrais du printemps, des « reflets aurores au dessus des toits de zinc céladon à la lisière des nuages du petit matin » dixit Pierre. Plus que le ciel, je suis complètement grise, même dans mon ciré « fleur de souffre » comme dit la vendeuse platine, jaune quoi. Je me traine sous la pluie en attendant que ça passe.

La gouttière mal ajustée du coin de la rue crache son torrent d’eau morne, même pas tourterelle, non, tellement dégueulasse qu’on la croirait venue du pot de rinçage usagé des outils de Soulages. Tiens, un Pierre encore celui-là. Je suis poursuivie. Les Pierre, ils t’essuient leurs pinceaux sales sur la gueule sans se soucier des taches autours ou de la couleur de l’eau qu’ils laissent derrière eux. 

La suite c’est par ici : 

http://glanerie-moderne.tumblr.com/post/50815835550/challenge


Nous avons hâte de découvrir vos prochaines oeuvres et félicitons chaudement les premiers courageux qui ont relevé le défi. A chaque nouveau challenge, nous sommes transportés par la qualité des textes présentés. 

A très bientôt !

Share this

Related Post