vendredi 17 mai 2013

Design : Forms in nature, installation lumineuse par Hilden and Diaz

Forms in nature - ©Hilden Diaz


Créée par le couple d’artistes Hilden Diaz, Forms in nature est une installation lumineuse qui fait appelle à l’imaginaire des contes de fée germaniques, fantaisie légère teintée d’esprit gothique, inspiration vagabonde qui touche aux chimères de l’enfance entre poésie et peur du loup. Cette sculpture de lumière utilisée comme un lustre, un luminaire classique, fait apparaître sur les murs et le plafond les ombres d’une forêt imaginaire qui se déploient en arbres noueux, branchages tortueux, racines enchevêtrées.


Forms in nature - ©Hilden Diaz


En intensifiant la luminosité au centre de la suspension, les projections transforment l’espace environnant. Le paysage qui s’épanouit sur les murs se modifie, évolue, prend  de l’ampleur, les ombres croissent jusqu’à atteindre des dimensions conforment à la réalité de la nature suggérant l’existence d’un univers parallèle chimérique. Lorsque la lumière est tamisée, les ombres se font plus diffuses et l’ampoule qui brille au centre de l’installation évoque un feu couvant au cœur de la végétation. Les racines des arbres sont les éléments les plus visibles parce que la sculpture n’est pas seulement reflétée mais également inversée, les racines tendent vers le ciel, les frondaisons s’immiscent dans un sol qui ne se distingue pas.


Forms in nature - ©Hilden Diaz


Au centre de cette œuvre fantasmagorique, il y a une source lumineuse cernée par un système de branches et de racines intriquées qui forment une sculpture miniature, forêt sauvage qui se développe à partir d’un axe central à 360°. Hilden et Diaz ont révélé les motifs en utilisant les techniques de réflexion qu’ils avaient déjà appliquées dans des créations précédentes.


Ernst Haeckel - Muscinae

Ce monde mystérieux à la nature insoumise est en partie inspiré des dessins du darwiniste Ernst Haeckel, biologiste allemand, naturaliste et philosophe dont les théories ont marquées les sciences. Les préoccupations artistiques de Hilden et Diaz trouvent écho dans les prises de position scientifique et idéologique de Haeckel : psychologie comme une branche de la physiologie, introduction de certaines notions de la biologie actuelle comme l’écologie, la politique comme une forme de la biologie appliquée, la biologie apparentée à l’art avec notamment un intérêt pour les structures naturelles dans lesquelles on retrouve symétrie, proportions architecturales relatives au nombre d’or. A travers ses monographies scientifiques, Ernst Haeckel exprime la fascination pour la beauté de la nature, fascination que Hilden et Diaz partagent.

Thyra Hilden, danoise née 1972 et Pio Diaz, argentin né 1973, associent leurs talents en 2005. Thyra Hilden explore l’ambigüité existentielle à travers la photographie et des installations vidéo tandis que Pio Diaz intervient dans l’espace public afin de faire valoir une critique politique et sociale. Leur synergie artistique se concentre sur les thèmes de la transformation et du paradoxe. Ils utilisent comme point de départ les symboles culturels majeurs et les éléments fondamentaux de notre société qu’ils modifient à l’aune de leur vision afin d’altérer la perception commune. Technologie, cognition, psychologie, histoire et nature viennent compléter leurs recherches. Ils tendent notamment à remettre en question les structures culturelles par le biais de forces destructrices comme le feu (City on Fire 2005-2010) ou encore à l’opposé préserver les choses les plus fragiles malgré les obstacles existants (Bubble).


Coliseum on fire - ©Hilden Diaz - Rome - 2010

Avec la série City on fire, ils projettent des vidéos d'incendie sur les bâtiments symbolisant la culture occidentale, ses racines, comme les monuments les plus célèbres ou les musées. Ils enflamment symboliquement la ville, notamment à Rome où ils réalisent une grande performance à l’échelle de la cité toute entière en 2010, évoquant  le grand incendie de Rome qui éclata durant le règne de l'empereur Néron et brûla pendant 6 jours et 7 nuits sans discontinuer réduisant trois des quatre quartiers de la ville antique en cendre. Coliseum on fire .

A côté des projets à grande échelle, Forms in nature fait partie de la série d’œuvres plus petites comprenant des peintures inspirées du test de Rorschach, des objets miroirs, des installations lumineuses. Formes et objets interpellent le spectateur afin de soulever des questionnements paradoxaux menant à une meilleure compréhension de soi-même. Pour le moment, la création de Hilden Diaz, Forms in nature est une pièce unique, un prototype mais devant le succès et l'enthousiasme des internautes pour cette œuvre, il se pourrait qu'elle soit promis à la production dans un avenir proche.


Forms in nature, installation lumineuse par Hilden and Diaz


4 commentaires :

linneagotbeauty a dit…

coucou


très beau , original un peu dans un conte, en fin c'est surtout mon oeil qui l'analyse ainsi!
en revanche , mettre en scène le feu me met mal à l'aise et me fait peur, je ne peux plus voir une braise encore moins un brasier ,cela me rappelle des mauvais souvenirs...

Onee-Chan a dit…

Je veux la même lampe !! j'adore ♥

France Dupuis a dit…

La lampe en soi fait presque peur avec ses motifs tentaculaires mais, il n'y a absolument rien à redire sur l'effet produit et les ombres projetées. Très original!

Caroline a dit…

@ linneagotbeauty : je vois exactement la même chose.

@ One-Chan : il est question de la produire. j'adore le concept.

@ France Dupuis : l'impression de vivre dans une forêt.

Share this

Related Post