jeudi 25 avril 2013

Thursday Oh Yeah ! : Ben Affleck


L'homme du jour comme celui de la semaine passée est un vieux fantasme de midinette qui date de l'époque Dogma en 1999 film dans lequel il interprète un ange pas très human friendly. Cette comédie déjantée de Kevin Smith que je revoie avec toujours autant de plaisir - chacun ses petits plaisirs honteux - il la tourne avec son grand pote Matt Damon, duo d'acteurs que l'on avait déjà découvert en 1997 dans Will Hunting de Gus Van Sant. D'ailleurs, il est fort possible que les clichés que je vous présente aujourd'hui datent de cette même période. Souvent présent dans des nanars d’anthologie, comme Daredevil le super-héros aveugle - film sur le tournage duquel il se lie avec celle qu'il avait rencontrée sur le plateau de Pearl Harbour et qui deviendra sa femme, la pétulante Jennifer Garner, cette belle gueule du cinéma américain a eu du mal à s'imposer malgré ses nombreuses présences sur le grand écran. Sa relation très médiatisée, ni vraiment discrète ni tout à fait élégante dans son exposition, avec Jennifer Lopez n'ayant rien arrangé question crédibilité. Longtemps critiqué pour son jeu d'acteur mono-expressif, selon ses détracteurs, c'est grâce à la réalisation, Gone baby gone en 2007 dans lequel il fait jouer son frère Casey Affleck, The town en 2010 et Argo en 2012, que le monde du cinéma lui accorde enfin la reconnaissance en lui décernant, pour ce dernier, une moisson de prix prestigieux, le Golden Globe du meilleur film dramatique et du meilleur réalisateur, ainsi que l'Oscar du meilleur film, l'Oscar du meilleur montage et l'Oscar de la meilleure adaptation. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, le sémillant et toujours aussi sexy, monsieur Ben Affleck, sous vos applaudissements.




Si Benjamin fait dans le torse viril, velu - idéal en hiver, un poil moins arrangeant l'été - il a eu quelques soucis niveau capillaire et les langues de vipères hollywoodiennes ne se sont pas gênées pour ricaner à propos de ses implants tout frais façon champ de poireaux dans Pearl Harbor. On est, à mon sens, encore très loin des postiches et autres perruques délirantes d'un Nicolas Cage dont les moumoutes me laissent perplexe à chaque nouvelle apparition - ainsi que les choix de carrière mais ceci est une autre histoire. Nombreuses sont mes amies qui ont d'ailleurs protesté quand je leur ai annoncé que Ben serait dans la sélection de la rubrique du jeudi. Je fais ce que je veux, na ! Je ne vais pas bouder mon plaisir et en rajouter une couche, parce que même si aujourd'hui à 40 ans, il m'aurait presque fait aimer la barbe dans Argo alors que j'ai un vrai problème avec la pilosité faciale - messieurs les bobos et les hipsters, par pitié rasez-moi ça, c'est abominable à moins d'être très beau ou bien très laid pour camoufler - un dernier cliché sur lequel ce cher Ben doit avoir, à la louche, une vingtaine d'année. Dernièrement, il était particulièrement en forme dans A la merveille de Terrence Malick mais je crains d'être l'une des dix seules personnes au monde ayant apprécié ce film. Toujours est-il, je vous souhaite une excellente fin de journée avec celui qui aura marqué mes vingt ans, le charmant Ben Affleck.



2 commentaires :

Rachel a dit…

Tu ne m'en voudras pas trop Caroline si je n'accroche pas trop? Beauté trop lisse, pas assez de vécu à mon goût. Mais je l'ai adoré dans "Argo"!

Caroline a dit…

C'est parfait, je le garde pour moi alors hi hi hi

Share this

Related Post