samedi 23 février 2013

Paris : La Quatrième Pomme - œuvre de Franck Scurti - 120, boulevard de Clichy - XVIIIème

La Quatrième Pomme - œuvre de Franck Scurti - aujourd'hui


Les socles vides  des statues disparues sont source d’inspiration pour les artistes urbains et les conseils municipaux qui plutôt que de réinstaller des sculptures traditionnelles d’hommes célèbres confient leur réhabilitation à des artistes contemporains. Au croisement du boulevard et de la rue de Clichy, se trouve le piédestal d’une statue hommage à Charles Fourier (1772-1837), philosophe français, utopiste socialiste, économiste et théoricien. Un socle vide depuis 1942 date à laquelle le maréchal Pétain fait déposer la statue de bronze originale œuvre d’Emile Derré afin de la faire fondre pour fabriquer des munitions et participer à l’effort de guerre exigé par l'occupant allemand.


Socle de la statue de Charles Fourier - Intervention du collectif Aéroporté
copyright archeologue.over-blog.com

En avril 2007, le collectif Aéroporté, suivant l’exemple répété d’artistes situationnistes, y érige une cabine de verre de type téléphonique symbole d’obsolescence. Ce groupe interventionniste reprend une certaine démarche du ready-made de Duchamp en faisant valoir qu’un objet quelqu’il soit, posé sur un socle devient une œuvre d’art, tout en protestant contre l’esthétique institutionnalisée imposée dans l’espace public.  

La Mairie de Paris salue l’initiative en conservant et en sécurisant la cabine jusqu’à ce que Franck Scruti lauréat du concours dépose son projet en l’honneur de Charles Fourier, un cube en verre coloré surmonté d’une pomme en inox gravé. Cette œuvre intitulée la Quatrième Pomme joue sur les oppositions et les contrastes : opposition du cube et de la forme sphérique de la pomme, transparence des façades de verre et reflet miroir. L’ensemble est rendu cohérent par la relation harmonique entre les couleurs primaires et complémentaires. 


La Quatrième Pomme - Franck Scurti - 120, boulevard de Clichy 


L’idée de la pomme a été inspirée à Franck Scurti par une anecdote fondatrice des théories économiques du philosophe. Charles Fourier dîne un soir à Paris. Devant lui, un client du restaurant achète une pomme cent fois plus cher que ce qu’elle coûte à Rouen. Cet épisode et les réflexions qui en découlent lui permettent de développer son idée de principe d’harmonie dans la société et de désordre fondamental engendré par le processus industriel.  Voici ce qu’il en dit dans ses écrits : "J’ai remarqué depuis ce temps qu’on pouvait compter quatre pommes célèbres, deux par les désastres qu’elles ont causés, celle qu’Eve offrit à Adam et celle que Pâris offrit à Vénus, et deux par les services rendus à la science : celles de Newton et la mienne." La quatrième pomme révèle les effets néfastes des intermédiaires commerciaux.


La Quatrième Pomme - Franck Scurti
1er jour de son installation - janvier 2011

La pomme, le planisphère, le miroir. Le travail de statuaire de la Quatrième Pomme est particulier. Il a nécessité l’expertise de fondeurs d’art imaginatifs. La pomme en inox poli miroir est gravée d’un planisphère. Planisphère établi comme principe d’organisation et de planification du monde, monument pour le temps présent, monument comme un point d'ancrage. La pomme mappemonde apparaît alors comme le catalyseur du principe d’attraction universel avec un clin d’œil à Newton. Le monde réel se reflète dans la pomme, dans ce miroir déformant du monde interprété, cartographié. Les passants, les immeubles, le ciel, tout ce qui gravite autour est réfléchi mais cette image est altérée.


La Quatrième Pomme - œuvre de Franck Scurti - aujourd'hui
La Quatrième Pomme - œuvre de Franck Scurti - aujourd'hui


La commande de la ville précisait de préserver le socle historique de la statue d’Emile Derré. Protégé par le cube de verre, le piédestal prend une dimension résolument moderne. Pour Franck Scurti, coloriser c’est réévaluer. Les teintes des six faces de verre s’inspirent du principe de mécanisme optique : trois couleurs primaires pour les façades latérales bleu, jaune, rouge et leurs couleurs complémentaires le vert, en haut l’orange, en bas le violet. Le jeu sur le prisme des couleurs de cette vitrine traduit visuellement l’idée d’harmonie sociale prônée par Fourier.

La dimension totémique de la Quatrième Pomme voulue par l’artiste n’a jamais pris. Franck Scurti avait l’intention de créer une œuvre qui marque un lieu, elle serait devenue la référence topographique, le lien entre les individus et la collectivité. Malheureusement, cette sculpture installée le 1er janvier 2011 n’a pas rencontrée son public. Les faces en verre du socle régulièrement vandalisées perdent au fil du temps tout éclat ainsi que leur transparence à force d’être nettoyées donnant à l’œuvre un côté délabré tandis que le miroir de la pomme est recouvert d’une épaisse couche de crasse mêlant fiente d’oiseaux et poussière de pollution. Une œuvre bonne pour la restauration au bout d’à peine trois ans d’exposition... 

La Quatrième Pomme - œuvre de Franck Scurti 
120, boulevard de Clichy - Paris 18
Angle boulevard de Clichy et rue de Clichy sur le bout du terre-plein de la place Clichy


2 commentaires :

Amandine a dit…

Ohh, c'est plutôt triste. Je trouve le principe de base très joli, mais peut être pas suffisament compréhensible... J'avais deja entendu parlé de cette pomme.
Le temps, les gens... tout ça fait quand même son histoire.

Merci pour ce petit article,
Gros bisou,
A bientôt

Caroline a dit…

Ce que je trouve dommage ce ne sont pas tant les dégradations qui étaient prévisibles dans le quartier que le manque de prévoyance des édiles municipaux. Cette oeuvre n'est clairement pas faite pour être exposée en extérieur puisqu'elle ne supporte pas les intempéries, la pollution, les pigeons...


Share this

Related Post