lundi 4 février 2013

Lundi Librairie : Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan



Dans une certaine veine autobiographique cathartique qu’elle avait déjà explorée lors de précédents romans, le sixième livre de Delphine de Vigan évoque le destin tragique de sa mère suicidée, les troubles bipolaires dont elle était atteinte et qui ont rythmé l’existence de l’auteur et de sa sœur cadette, enfance et adolescence marquées par cette maladie intime.

Le récit débute par la découverte du corps de Lucile qui a mis fin à ses jours. Cet événement traumatique pousse la romancière à retracer l'histoire de celle-ci jusqu’aux origines des douleurs insurmontables qui l’ont engloutie. Lucile, troisième enfant d’une fratrie de neuf, est la fille de Georges et Liliane Poirier. L’équilibre apparent dissimule mal les failles intimes de chacun et très vite le tableau idyllique vole en éclat. Rien ne s’oppose à la nuit expose au grand jour les mémoires d’une famille hors norme dans laquelle les souvenirs les plus lumineux côtoient les plus sombres, où à l’exubérance se mêle l’affliction et à la fantaisie, la souffrance la plus dense.

Delphine de Vigan se plonge au cœur de la mémoire familiale, révèle les zones d’ombre qui font frémir, explore les fêlures de l’existence. Elle a effectué un large travail de documentation préliminaire avant de se lancer dans la rédaction de son roman, rassemblant témoignages, documents, photos autour de cette mère insaisissable et fascinante, jusqu’à découvrir les secrets enfouis. Le texte est un écho plein d’intensité et de profondeur aux blessures de chacun, les rancœurs, l’amertume, les fragilités sans jamais sombrer dans le règlement de compte. Un lourd héritage dont l’auteur s’allège en le livrant avec sincérité.

A travers ce livre au titre emprunté à Alain Bashung, l’auteur cherche à comprendre qui était Lucile, cette femme si belle, douloureuse et lointaine qui très jeune, frôla la folie, appréhendant avec pudeur le pouvoir de résilience des mots. L’exercice de l’écrit la mène au pardon et à l’empathie tout en révélant ce que les silences ont détruit. Un témoignage sensible pour conjurer les démons du passé.

Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan - Editions JC Lattès - Edition de poche Le Livre de Poche


3 commentaires :

Lis-moi si tu veux a dit…

C'est un roman très personnel que nous a livré Delphine de Vigan... Je me souviens avoir traversé pas mal d'émotions au fil de cette lecture !
C'était un vrai coup de coeur pour moi...

Vanilla a dit…

j'avais lu l'année dernière et j'avais beaucoup aimé, un très beau livre

La Nantaise a dit…

Je l'ai lu également, j'ai beaucoup aimé !
Parfois douloureux mais toujours très intéressant.

Share this

Related Post