lundi 21 janvier 2013

Lundi Librairie : La ballade de Lila K de Blandine Le Callet



Au XXIIème siècle, la France est dirigée par un régime étatique autoritaire qui légifère pour imposer à ses habitants son idée du bonheur.  Sous la surveillance permanente de caméras censées assurer leur sécurité, les êtres humains sont formatés pour se plier à la norme sociale quitte à les gaver d’antidépresseurs et autres anxiolytiques pour les faire marcher droit. Le monde est divisé en deux. D’un côté la civilisation sécuritaire et au-delà, un territoire inquiétant appelé la Zone où survivent les marginaux, les exclus ou ceux qui ont refusé de se plier à l’absurdité d’une société déshumanisée.

Le livre débute par une scène violente et tragique, celle d’une enfant arrachée à sa mère par des hommes masqués et armés, une scène que le lecteur vit à travers les yeux de la fillette sans en comprendre la signification. Mutique, phobique, anorexique, blessée physiquement et psychiquement, la petite Lila est internée dans un institut spécialisé, centre éducatif qui évoque plus l’univers carcéral que celui de l’enfance. Elle réapprend à vivre et tente de recomposer un passé dont elle a tout oublié, mémoire effacée par le traumatisme. Narratrice de son histoire, c’est sa voix qui nous guide au cours de son long cheminement vers la liberté. Le monde qu’elle expérimente n’étant pas forcément la réalité.

Alors qu’elle est considérée comme intellectuellement déficiente par les membres de cet institut qui s’appelle le Centre - du coup, cela m’a fait vaguement songer à la série le Caméléon -  le Dr Kauffmann un thérapeute aux méthodes peu conventionnelles et remises en question par ses pairs, réussit à réveiller l’intérêt de l’enfant grâce à la culture et aux livres - alors que ceux-ci sont interdits sous leur forme papier par un absurde principe de précaution, pour éviter les allergies fatales qu’ils pourraient entraîner. Dans cet univers futuriste, tous les documents ont été numérisés et censurés au passage. Le nouveau tuteur ramène Lila à la vie. Devenue adolescente puis jeune femme, elle est enfin libérée. Tout en feignant de se plier aux  normes de la société, elle part en secret à la recherche de sa mère car la retrouver signifie recouvrer sa mémoire effacée, reconquérir son identité volée.

A travers ce roman d’anticipation, Blandine Le Callet dresse le portrait de notre société contemporaine et établit une critique sans fard de ses dérives actuelles. L’univers conformiste sous étroite surveillance, déshumanisé, absurde, qu’elle évoque fait clairement référence à 1984 d’Orwell et au Procès de Kafka. Le choix de placer son récit dans un futur pas si lointain permet de créé une certaine distance avec le réel. Elle emprunte à la science fiction voire au futur de la science tout court, êtres hybrides, animaux domestiques génétiquement modifiés, technologies diverses. Ségrégation spatiale, législation autoritaire, eugénisme, uniformisation forcée, sécuritarisme rappellent les romans et nouvelles de Philip K. Dick notamment Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques (adapté au cinéma sous le nom de Blade Runner) et Souvenir à vendre (adapté au cinéma sous le titre Total Recall).

Le cadre oppressant de la Ballade de Lila K. doit beaucoup à la qualité de l’écriture, efficace, ramassée, sèche. Malgré les illustres référents, auxquels il était courageux de se frotter, ce roman n’en demeure pas moins intéressant. La plume incisive, précise, évite de sombrer dans le pathos. La première partie du récit a quelques longueurs. L'auteur corrige ce trait en allant jusqu’à l’épure dans la seconde dont les phrases courtes, au rythme singulier exprime à la fois le jaillissement des pensées de la narratrice et le climat étouffant dans lequel elle évolue. Avec rigueur, le texte nous fait pénétrer l’esprit de Lila, suivre son évolution, découvrir la réalité en même temps qu’elle, jusqu’à la cruauté et l’horreur. Blandine Le Callet nous entraîne dans un univers hermétique à l’atmosphère glaciale, retraçant les terreurs d’une enfance en lambeaux, puzzle tragique dont seules les dernières pages nous livrent le secret.

La ballade de Lila K de Blandine Le Callet - Editions Stock - Edition de poche Le Livre de Poche

9 commentaires :

TITEZA SE BALADE a dit…

Tiens ben en lisant tes premières lignes j'allais dire que cela me rappelle le livre 1984 d'Orwell.
A découvrir alors selon tes dires.
Bises et excellente semaine ma belle.

jonalysprecious a dit…

Tu as attisé ma curiosité sur ce livre ! ton article me donne envie de le découvrir ... A rajouter sur ma wishlist bouquins !

christine a dit…

Je crois que je vais me laisser tenter.

Vive la rose et le lilas a dit…

Le rapport aux livres me fait aussi penser à Globalia de Rufin !

Vive la rose et le lilas a dit…

Le rapport aux livres me fait penser aussi à "Globalia" de Rufin !

Isa tout simplement ... a dit…

J'ai beaucoup entendu parler de ce roman et qu'en bien, il est sur ma liste mais tant que je ne l'ai pas acheté , je ne le lirais pas ....

Farfadette a dit…

A rajouter a ma liste ! Ton résumé me plait bien !

France DUPUIS a dit…

Je l'ai lu il y a quelques mois. J'ai aimé. La révolte et l'insoumission que l'on retrouve toujours dans ces romans de SF, de survies, où l'innocence de l'enfance disparaît complètement.
Jusqu'à se conformer à l'absurde, pour mieux y pénétrer et faire changer, bouleverser les cadres.

Onee-Chan a dit…

Je ne suis pas fan de science fiction mais ce livre me tente bien, pourtant !! Je le note !

Share this

Related Post