lundi 10 décembre 2012

Lundi Librairie : La première fois que j’ai eu seize ans de Susie Morgenstern - littérature jeunesse



La première fois que j’ai eu seize ans se déroule dans les années 60 alors que les prémices de 68 et du féminisme commencent à poindre. Ce roman au curieux titre joue sur la nostalgie d’une époque source d’inspiration dans un grand nombre d’œuvres.

Deux sœurs aînées ravissantes Sandra et Effie dont elle est la mascotte, un père Meyer et une mère Sylvia qui l’adorent, une famille protectrice pleine d’entrain, la narratrice ne révèle pas son prénom se fait appeler par le surnom que ses profs et camarades lui ont donné, son nom de famille, Hoch, en référence à sa haute taille. L’auteur laisse planer le doute et nous raconte la vraie-fausse autobiographie d’une jeune adolescente juive dans la banlieue new-yorkaise sans spécifier si elle s’est inspirée directement de sa propre histoire même si certains détails sont troublants.

Notre héroïne se trouve laide, grosse et malheureuse et ne s’épargne aucunes affres du passage à l’âge adulte. Adolescente presque banale, elle cherche sa place dans l’univers du lycée où le talent et l’intelligence ne sont pas les atouts principaux pour s’intégrer et devenir populaire, un thème qui transcende les époques. Douée pour la musique, elle choisit la contrebasse qui lui ressemble physiquement grande et ronde, imposante, massive mais également un instrument sonore et profond, d’une force rythmique remarquable, qui offre une grande diversité de timbres et de manières de jouer.

Hoch est une guerrière, qui ne recule jamais devant le machisme d’une société en pleine évolution, un monde masculin et injuste dont elle compte bien triompher. Son premier combat, elle le mène lorsqu’elle auditionne pour entrer dans le jazz band du lycée réservé exclusivement aux garçons. Première victoire également mais les membres du club ne lui mènent pas une vie facile, entre blagues potaches et plaisanteries douteuses.

La narratrice nous conte sa première fugue avortée qui passe inaperçue, sorte d’étrange voyage à bord d’un bus prétexte à la rencontre de personnages décalés et touchants, puis la deuxième fugue le temps d’une journée chez sa grand-mère à Brooklyn, encombrée de l’énorme contrebasse parce qu’elle est trop heureuse, que le confort familial l’empêche de se découvrir dans les déchirements, idées fantasques de la prime jeunesse.

Le roman évoque également les premiers frémissements du cœur. Les amours tièdes avec un grand gringalet mollasson, maladroit et sans charisme mais aussi un coup de foudre à la bibliothèque de la fac de droit où notre héroïne se réfugie pour lire des romans légers par malice et provocation.

La première fois que j’ai eu seize ans sait avec un charme particulier nous rappeler les déboires et les merveilles de l’adolescence, les premières fois, les premiers succès, les premiers échecs. Chaque chapitre dévoile une nouvelle facette de la personnalité attachante et fantasque de la narratrice sorte de antihéros dans laquelle chacun pourrait reconnaître une part de soi-même. Susie Morgenstern communique avec simplicité et humour, l’émotion pleine de nostalgie, le regard tendre qu’elle porte sur son héroïne, entre petits bonheurs et déceptions passagères d’un quotidien si familier.

Ce roman traite de la délicate période de l'adolescence et Hoch fait l’apprentissage de la vie rythmée par la musique. Ce joli texte émouvant s’adresse principalement aux jeunes lecteurs mais plaira également aux plus matures. Un récit agréable, plein de charme qui évoque avec justesse le passage à l’âge adulte, ce dont rêvent les filles quand elles ont seize ans et le malin plaisir que la vie prend à les contrarier.

La première fois que j’ai eu seize ans - Susie Morgenstern - L'école des loisirs - Collection Médium

Ps : Adapté au cinéma par Lorraine Lévy avec Marylou Berry dans le rôle de la narratrice, sous le titre La première fois que j'ai eu vingt ans, j'ai beaucoup aimé le film. Pas un chef d'oeuvre mais une comédie légère, touchante et drôle.

3 commentaires :

christine a dit…

C'est vrai qu'il y a de bons livres en jeunesse. Je ne connais pas cette auteur. Je note.

Hala Salem Achillas a dit…

Ton article donne envie de lire le livre ! :) merci xo H

Caroline a dit…

Très chouette bouquin et j'avais aussi aimé le film qui n'a pas tellement marché alors que Marylou Berry était tellement le personnage. Jolie performance d'actrice.

Share this

Related Post