samedi 17 novembre 2012

Coup de coeur : L'éternelle jeunesse de Jicky - Guerlain




 C’est en lisant un article sur le blog de Sonia des Chroniques que j’ai eu envie de me renseigner sur mon propre parfum, ses accords, ses notes si particulières, sa composition mais également son histoire. La fragrance que je porte est un mythe de la haute parfumerie, l’inégalable, l’incomparable Jicky de Guerlain. Après bien des errances olfactives, entre l’opulence de L’Heure Bleue à 15 ans - je m’interroge encore sur la drôle d’idée qui a poussé mes parents à offrir un parfum de femme fatale à la gamine pataude et très immature que j’étais -  la fraîcheur de L’eau de Rochas à 18, le grand écart vers 20/25 ans entre Eau Sauvage de Dior - j’aimais déjà l’ambiguïté - et Angel de Thierry Mugler - que curieusement personne ne reconnaissait une fois qu’il avait évolué sur ma peau et que je ne supporte sur personne d’autre, antisociale que je suis -  ma rencontre avec Jicky fût un coup de foudre immédiat et une évidence absolue. J’étais sienne, il était mien, ils se marièrent et eurent beaucoup de petits flacons… D’eau de parfum pour les plus pointilleux d’entre vous. Les informations glanées ici et là, entre univers enchanteur d’un certain art de vivre et franche rigolade quant aux réactions qu’il provoque m’ont interpellé et convaincu de rédiger un billet sur le sujet. 




Aimé Guerlain crée Jicky en 1889, en souvenir d’une jeune femme rencontrée lors de ses études en Angleterre. Follement épris, il demande sa main mais se voit opposer un refus catégorique. Jicky c’est l’histoire d’un cœur brisé mais également le premier parfum abstrait, cherchant à susciter une émotion, à évoquer des sentiments plutôt qu’à reproduire des senteurs naturelles comme c’était le cas à l’époque. Selon la légende, Aimé ne s’est  jamais marié restant fidèle jusqu’à la fin à ce premier amour. Paradoxalement, Jicky est également le surnom de Jacques, neveu et assistant du créateur, le père de Shalimar, mais là tout de suite c’est moins romantique, moins vendeur.

Sa composition ouvre de nouveaux territoires olfactifs avec notamment l’intervention des essences synthétiques comme la vanilline. Destiné à l’origine plutôt pour un public masculin, le parfum initial est bleu et le flacon aux lignes très géométriques, inspiré de fioles pharmacologiques, rappelle les accessoires de toilette de l’homme. Au XIXème siècle,  le genre des fragrances n’est pas cloisonné comme il peut l’être aujourd’hui, les senteurs étant portées indifféremment par les deux sexes. L’étrange modernité de Jicky effraie un peu et ce n’est qu’à partir de 1912 que les élégantes se l’approprient définitivement. 




Et sinon qu’est-ce que ça sent ? Epineuse question surtout quand on est une béotienne comme moi. Cela fait donc quatre jours que je potasse, me vaporisant régulièrement le poignet pour comparer avec les descriptions des aficionados, recherchant la signification de toutes les expressions qu’emploient les nez, comparant les différentes impressions des blogueurs spécialisés dans ce domaine. Je tiens particulièrement à remercier un blog rédigé par des passionnés dont la grande instigatrice est Jeanne Doré, Au Parfum, http://www.auparfum.com/ une mine d’informations précieuses qui a éclairé nombre de mes interrogations d’autant plus nombreuses que Jicky est un parfum complexe paradoxal, à la fois moderne et classique, net et sale, propret et délicieusement décadent. Sa structure audacieuse fait preuve d’une certaine espièglerie, élégance désinvolte, sophistication légère. Il présente de multiples facettes, fraîches, fleuries, épicées, orientales. Voici ce que j’ai à peu près compris, je n’ai en aucun cas la prétention de tout saisir mais j’ai essayé de traduire ce que j’avais retenu. Si un expert venait à passer par là et y trouvait non-sens et autres boulettes, je serais ravie qu’il me fasse part de ses corrections.




Les fragrances sont classées par famille olfactives mais Jicky est parent de trois d’entre d’elles, insaisissable, inclassable. Il appartient aux orientaux désignant les parfums aux notes de fond douces et chaudes, comme la vanille, les bois, les notes balsamiques, ambrées, poudrées ou animales. Il fait également parti des chypres. Le nom provient du parfum crée par Coty en 1917 dont le succès à ouvert la voie à une nouvelle famille basée sur le schéma suivant : bergamote en tête, mousse de chêne et patchouli en fond, et un coeur floral en général peu présent, souvent rose ou jasmin. Le fond comporte aussi souvent des notes boisées (vétiver) ou balsamiques (ciste-labdanum). Et Jicky est aussi assimilé à la famille des fougères dont le nom provient de Fougère Royale d’Houbigant 1882, et qui désigne les parfums construits autour d’une association de lavande, géranium et coumarine - composant principal de la fève tonka, graine d’un arbre qui pousse en Amérique du Sud, en particulier au Brésil dont l’odeur douce, poudrée, amandée peut évoquer la paille séchée, le foin ou le tabac blond .




La composition de Jicky joue sur le raffinement des contrastes, des arêtes vives avec un cœur opulent et riche, la fraîcheur médicinale des aromates et des agrumes et la douceur d’une guerlinade boisée.

note de tête : citron, mandarine, bergamote, bois de rose, lavande
note de cœur : iris, jasmin, patchouli, rose, vétiver
note de fond : cuir, ambre, civette, tonka, encens, benjoin

Le départ vif, très vert dans les premiers moments grâce à la bergamote, aux notes aromatiques de lavande et  romarin, la rondeur verte et lactée du géranium, une touche iodée d’ambregris qui associée à la coumarine donne des effluves de foins coupés en bord de mer offre un contraste étonnant avec la richesse du somptueux cœur oriental, jasmin et rose, auquel se mêle la gourmandise de la vanille, la senteur chaude, fruitée, boisée, épicée du benjoin aux accents poivrés, au cuir que l’on doit à l’opoponax, un baume réalisé à partir de la résine d’une plante poussant sous les climats chaud comme la Somalie.




Le parfum d’origine comportait des matières animales naturelles comme la civette, l’ambregris et probablement le musc comme fixatif, des odeurs très fauves, limite fécale pour la civette, qui ne seraient pas tolérées par nos nez contemporains. Interdites pour préserver les animaux, ces absolues sont aujourd’hui remplacées par leur forme synthétique. Dans la tradition de la parfumerie classique, il était courant d’introduire des notes sales pour donner plus d’ampleur à la composition. La puanteur distillée en dose infime enrichit d’une suavité trouble les notes florales et aromatiques. Malheureusement, certaines peaux réagissent mal à ces composants même synthétiques et les font ressortir de façon incommodante. Le blog Grain de Musc fait référence à l’une des intervenantes du Forum MakeUpAlley  qui évoque très clairement le souci en employant une expression assez tordante. Pour elle, Jicky c’est « comme si un chat avait chié dans une touffe de lavande. » J’en suis restée comme deux ronds de flanc et il m’a fallu plusieurs jours pour réussir à repérer cette note sale qui s’exprime très peu à mon contact mais elle est bien présente. Je commence à mieux comprendre pourquoi son altesse Edgar aime tant poser sa tête au creux de mon cou pile à l’endroit où je me parfume - comportement encore passablement normal pour un fieffé greffier - mais aussi me sniffer les poignets - là on est dans le franchement bizarre.

Pour finir, quelques personnalités à avoir porté Jicky, exercice parfaitement inutile mais que je trouve toujours divertissant : l'impératrice Eugénie épouse de Napoléon III d’après Truman Capote dans Prières exaucées, Jackie Kennedy, Fanny Ardant, Brigitte Bardot et Jane Birkin (je me demande si en fait ce n’était pas Serge qui l'aimait.)

Bref. Mon parfum a plus de 120 ans et pas une ride. Il faudra que je lui demande son secret d'éternelle jeunesse.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

7 commentaires :

jonalysprecious a dit…

Tu ne plaisantes pas, toi, quand tu décides de rendre hommage à ton parfum ! lol !... Tout lu avec beaucoup d'attention et j'aime beaucoup les parfums Guerlain ( surtout les flacons car je trouve les fragances trop capiteuses pour moi ) mais les 2 miens sont signés Dolce & Gabbana ! Bon week end !

Caroline a dit…

Je ne m'étais jamais penchée sur le sujet de la parfumerie. C'est un univers tellement vaste et complexe surtout avec un parfum comme Jicky. En écrivant ce billet, je me suis dit qu'il y en avait des tartines aussi, je n'en voyais pas le bout. ;)

Jicky et Phoebus a dit…

Je suis tombé sur votre billet par curiosité via les commentaires sur le blog de Sonia.

J'avais tout de suite vu que vous parliez de Jicky. Et Jicky est un monument. C'est un des parfums les plus intéressants qu'il nous ait été donné de sentir. Vous parlez justement de ce paradoxe entre le sexe de Jicky, qui est un point tout à fait intéressant.

En fait, Jicky est le parfum de la dualité. Le parfum des monstres. Homme pu animal ? Homme ou femme ? "Chacun de nous est deux" dit Batman/Bruce Wayne à Catwoman/Selina Kyle dans Batman Le défi (1992). Et finalement, Jicky ne peut être réduit à rien.

Je suis content de voir qu'il est encore porté par certaines personnes pas forcément très proches du parfum.

Je ne peux que vous félicitez, vous ne savez pas à quel point je suis heureux de voir ce chef d'œuvre mythique mis sur le devant de la scène.

Encore bravo !
J.

(je suis rédacteur sur auparfum aux côtés de Jeanne, et je suis le petit jeune dont parle Sonia justement. Et c'est Jicky mon pseudo ;) )

Caroline a dit…

Merci beaucoup. Je suis heureuse que cet article vous ait plu. Il m'a demandé un travail fou auquel je ne m'attendais pas quand j'en ai eu l'idée.

Cette rencontre avec le monde des parfums m'a passionné. Alors que je portais Jicky sans me poser de questions tellement il était évident pour moi, au contraire de toutes les fragrances que j'avais porté jusque là, j'ai trouvé fabuleux d'en découvrir toutes les particularités, les subtilités, un peu comme une explication de texte d'un grand roman classique.

A chaque fois que je parvenais à distinguer une nouvelle note, j'étais émerveillée. Même cette fameuse note sale de civette que j'ai eu tant de mal à déceler.

Votre blog est passionnant jeune homme. Je le suivrai avec attention à l'avenir !

mummyisablogueuse.com a dit…

Magnifique post, extrêmement bien rédigé..merci de ce partage!

Caroline a dit…

Heureuse qu'il t'ait plu. :D

Aélis a dit…

Voilà un article très complet ; Bravo !
Je suis aussi fan de Guerlain et ne jure que par Shalimar.
J'ai assisté il y a 3 ans au lancement d'un parfum. C'était grandiose et très instructif. J'ai ainsi réussi à comprendre pourquoi j'aime autant mon Shalimar.
En fait, le choix de notre parfum est conditionné par le premier parfum que, tout petit, nous avons senti. Et c'est celui de notre maman.
La mienne est tunisienne et c'est tout naturellement que j'ai craqué pour un oriental.
Shalimar, c'est même plus un parfum, c'est ma seconde peau.
C'est la magie de Guerlain !
Bonne soirée

Share this

Related Post