lundi 19 décembre 2011

Lundi Librairie : Un secret de Philippe Grimbert


Vingt ans  après la disparition de ses parents, Maxime et Tania, Philippe Grimbert prend la plume et choisit de raconter leur histoire, une histoire d’amour tragique et coupable derrière laquelle se cache un drame secret, une histoire intime prise dans la tourmente de la grande Histoire, l’occupation allemande, la Shoah et l’ombre des camps de la mort. 

Dans les années 50, le narrateur, jeune garçon chétif et cacochyme s’invente un frère aîné plus beau, plus fort, un frère qui correspondrait aux attentes d’un père sportif émérite dont le regard trahi sa déception envers cet enfant maladif et faible. Le frère imaginaire l’aide à surmonter ses peurs, il est la présence protectrice qui réconforte et comble la solitude du fils unique. 

La découverte d’un chien en peluche râpé dans une malle au grenier marque les prémisses de la révélation du lourd secret qui hante ses parents. Le double invisible création de l’esprit du narrateur, ce frère adulé fantasmé prend peu à peu forme réelle alors que l’histoire familiale se dévoile.

Lors d’un cours d’histoire sur la Shoah, le narrateur bouleversé par les images des camps et horrifié par la réaction odieuse de la petite brute de la classe, le prend à partie et se bat avec lui. En rentrant chez lui couvert de contusions, il raconte les faits à Louise, la tendre voisine infirmière au pied bot et témoin du secret de famille. Elle lève alors le voile peu à peu sur le mystère et le drame, révélant sa judaïté au jeune garçon. A la Libération, Maxime, son père a tout fait pour la dissimuler changeant jusqu’à l’orthographe de leur nom, traçant un trait sur un passé tragique.

C’est l’identité du narrateur qu’on lui a volé. Il apprend la douleur et la honte, réalise que ses parents idéalisés à l’amour si parfait sont des êtres de chairs et de sang capables et coupables de désir. Il découvre également l’existence des disparus qui le hantent sans qu’il n’en ait jamais rien su. Simon le demi-frère et Hannah la première épouse de Maxime disparus à Auschwitz, Robert le frère d’Hannah et mari de Tania mort dans un Stalag.

Ce roman autobiographique ne sombre jamais dans le pathos. L’écriture dépouillée évoque avec subtilité la souffrance d’exister alors que les autres ne sont plus et cette simplicité rend encore plus poignante une histoire de famille complexe et douloureuse.

Le récit admirablement construit révèle avec compassion et justesse le secret des sentiments humains et l’ambivalence d’une époque effroyable. Le style est grave, les mots plein de retenue. L’auteur s’efface derrière l’histoire, évoque avec un apaisement retrouvé un secret qui a affecté toute sa vie au point de l’avoir mené à sa vocation de psychanalyste. 

Ce livre tout en pudeur croît en puissance émotionnelle, cheminement littéraire lancinant, jusqu’à la dernière page. Cette histoire bouleversante est de celles qui nous hantent longtemps après sa lecture.

Un secret de Philippe Grimbert – Editions Grasset - Edition de poche Le Livre de Poche

4 commentaires :

DAMESKARLETTE a dit…

Je n'ai pas lu le livre mais j'ai adoré le film. Bises la belle

Megan a dit…

Il a l'air très bien !

Sylvie a dit…

Comme Dame Skarlette, beaucoup aimé le film!

Claudia a dit…

Je connais le livre non pas parce que je l'ai lu mais parce que j'ai vu le film que j'ai beaucoup aimé!

Share this

Related Post