lundi 26 décembre 2011

Lundi Librairie : La délicatesse de David Foenkinos



La délicatesse est l’histoire d’une renaissance lumineuse. Nathalie, belle jeune femme dynamique et épanouie a tout pour être heureuse, une brillante carrière, un mari amoureux qui dès leur première rencontre a décidé qu’elle serait sa femme. Mais à la suite d’un accident, François décède brutalement. Le temps s’arrête et l’infinie douleur couvre son existence d’un voile terne. Un jour, elle embrasse par hasard un collègue, un acte gratuit sans arrière pensée qui va tout changer. Markus, suédois dépressif au physique peu avantageux et à la personnalité lunaire, ne peut et ne veut pas en rester là. Il va tout faire pour la séduire et la ramener à la vie.

Cette romance improbable et décalée évoque la beauté de la singularité, le charme des rencontres inattendues. David Foenkinos relate la perte de l’être aimé, la reconstruction de soi sur un ton lucide et tendre. Il n’émet aucun jugement sur ce que vivent ses personnages. D’une plume élégante et concise, l’auteur raconte l’amour, ses blessures avec un sens délicat du détail minuscule. 

La délicatesse est un hymne à la différence, un mélange subtil de légèreté et de gravité, ponctué de trouvailles fantaisistes. Des pépites d’humour qui prennent la forme d’interventions du narrateur. La complicité avec le lecteur met le récit en perspective. Entre chaque chapitres, David Foenkinos insert des recettes de cuisine, des commentaires off, des définitions du Larousse, des résultats sportifs ou bien des statistiques savoureuses. Une vraie jubilation dans l’écriture se fait sentir, un rapport heureux à la littérature et un goût prononcé pour la poésie du quotidien. 

Ce roman sensible et pudique célèbre le charme des hommes ordinaires, l’appréhension du deuil, le retour à la vie. L’histoire banale teintée de romantisme loufoque est enlevée par un style épuré et poignant. Alors certes, j’admire l’humour et la plume de David Foenkinos mais je n’ai pas plus accroché que ça à l’histoire. Probablement, parce que je suis une âme sombre ou bien parce qu’il s’agit d’un livre très français, sans prétention [avec cependant nombre de prix littéraires et autres reconnaissances de la profession] mais également sans véritable souffle romanesque. Tiens je vais me remettre à James Ellroy, ça me fera du bien…

La délicatesse  de David Foenkinos – Editions Gallimard - Edition de poche Folio  

4 commentaires :

Olivia a dit…

J'ai tellement aimé ce livre que j'en ai aussi fait un article. Cet auteur arrive à redonner un peu de magie dans notre vie parfois trop cynique.
Ton billet m'a donné envie de le relire^^
J'ai peur d'aller voir le film et d'être déçue et toi?

Caroline a dit…

C'est gentil mais je n'ai pas aimé le livre (dernier paragraphe) même si je salue le style et l'humour de l'auteur.
Donc clairement je n'irai pas voir le film (sans compter que je trouve Audrey Tautou très mauvaise actrice)...
Je serai cependant curieuse de voir ce qu'en penseront les gens.

Karine-Une parenthèse mode a dit…

Je l'ai lu il y a peu et j'ai beaucoup aimé, je lis énormément mais ce roman se classe dans mes préférés. En même temps contrairement à toi j'adore les romans français!

Karine- www.uneparenthesemode.wordpress.com

Caroline a dit…

C'est peut être d'avoir travaillé dans l'édition qui m'a échaudé, je ne digère plus les petits romans français ;)

Share this

Related Post