vendredi 9 mars 2012

Mes Adresses, épicerie fine : La Chambre aux Confitures - 9, rue des Martyrs - Paris 9





La Chambre aux Confitures, une épicerie fine dédiée aux confitures, a ouvert début septembre rue des Martyrs à Paris. Lise Bienaimé sa créatrice travaillait au service marketing de l’Oréal quand elle a eu l’envie de changer de carrière en se rapprochant des traditions culinaires et artisanales transmises dans sa famille depuis le début du siècle dernier par un arrière grand-père épicier rue du Faubourg Saint Honoré. Elle a fait sien cet aphorisme de Stanislas Jerzy Lec,  « avec les rêves aussi on peut fabriquer des confitures. Il suffit d’ajouter des fruits et du sucre » et il s’agit tout juste de la recette appliquée à chacune de ses créations, des fruits de qualité issus de l’agriculture raisonnée, la juste dose de sucre selon les spécialités et le savoir-faire de quatre artisans confituriers choisis pour leur talent, leur goût du terroir.




La Chambre aux Confitures est une charmante échoppe comme un écrin de bois blond et de granito miel. La décoration raffinée, prélude aux douceurs  que renferment les dizaines de petits pots de verre exposés à l’ancienne, invite à la gourmandise au rythme des saisons.


- Fruits d’automne : figue en morceau, poire à la vanille ou au gingembre, nèfle 
- Agrumes d’hiver : citron et orange, orange douce amère selon la recette originale de Nostradamus 
- Fruits de printemps : rhubarbe et sureau, carotte,  
- Fruits rouges d’été : gariguette coquette, cassis et violette, mûre de ronces, fruits jaunes d’été : mirabelle, prune aux épices, pêche de vigne, abricot à la lavande



Lise Bienaimé élabore ses propres compositions et fait fabriquer ses confitures aux quatre coins de la France. Ses recettes se déclinent des plus traditionnelles (cerise griotte, framboise épépinée, rhubarbe de mai) aux plus inattendues (ananas rhum coco, melon et noisettes, tomate verte, églantine) des plus gourmandes  (bananes au rhum et raisin, châtaigne façon marron glacé, clémentine et chocolat noir) aux moins caloriques (fraise allégée en sucre, abricot léger).


Les confitures à la texture onctueuse sont confectionnées avec des morceaux entiers ou moulinés. Les gelées (cassis et violette, pomme rôtie au Calvados, groseille, airelle) sont préparées à partir du jus des fruits qui ne supportent pas bien la cuisson comme le raisin ou certaines baies. La base de la marmelade (orange exotique, orange à la fleur d’oranger) se compose d’une purée épaisse de fruits riches en pectine, évitant ainsi l’ajout de gélifiant. Les chutneys (mangue épicée, abricot et baie rose, figue poivre de Jamaïque) apportent une touche sucré-salée de fruits et de légumes, d’épices et de vinaigre à nos plats. Les gelées florales et aromatiques (fleurs de thym, fleurs de basilic, fleur de géranium, bourgeon vert de sapin noir) sont des aides culinaires inventives aux qualités gustatives insolites. 




Les confits à fromage l’une des spécialités de la maison, chatouillent les papilles et la curiosité. Voici quelques unes des recommandations : la confiture cerise et piment d’Espelette se marrie idéalement avec la tomme de brebis et le chèvrela recette figue, olive et noix s’allie à la perfection avec les chèvres et les fromages persillésle confit fruits secs et armagnac est tout simplement divin avec le reblochon et le camembert, la mirabelle au riesling exalte les arômes du munster, la composition pomme rôtie au calvados est idéal avec le camembert et le pont l’évêque.







Ces confitures très couture mais aux prix raisonnables pour une épicerie fine (entre 6 euro et 9 euro le pot de 220g) évoquent les moments de quiétude en famille, de partage et de convivialité, les petits déjeuners joyeux de l’enfance et les goûters délicieux. Lise Bienaimé  désire également partager ses connaissances, son goût pour la fabrication maison et les plaisirs authentiques. Elle vend dans sa boutique les ustensiles nécessaires aux apprentis confituriers tels des bassines en cuivre, étamine et presse coulis. Tous les samedis après midis et le premier mercredi du mois des ateliers de démonstration sont organisés.
[Ecrire cet article a été un vrai supplice de Tantale. Les évocations de saveurs et de parfums, les noms infiniment gourmands, le souvenir des doux arômes chargés de sucre qui flottent dans la boutique... Impossible de me concentrer plus de 5 minutes d'affilée. J'espère que cela vous aura donné envie de faire un tour là bas. D'autant que pour les fêtes, un ravissant panier garni de la Chambre aux confitures serait un cadeau idéal. Pour ma part, je vais de ce pas satisfaire une furieuse fringale.]


9, rue des Martyrs – Paris 9
tél: 01 71 73 43 77  
Horaires : ouvert le mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 11h à 14h et de 15h à 19h30, le samedi de 10h à 19h30 sans interruption et le dimanche de 10h à 14h, fermé le lundi

4 commentaires :

Luciana Martins a dit…

Ca donne très envie, fruits d'automne et agrumes d'hiver miam miam.

xoxo

lifestylebylu.blogspot.com

Bobbie a dit…

Ca fait vraiment envie... Et la boutique a l'air très jolie, ce qui ne gâche rien, sans parler du quartier ultra sympa. Je pense que tout ça présage un bon succès!

100%soie a dit…

aaaah mais arrêteeeeeeeeeeuh !!!! j'adore la confiture !! sur une tartine grillée avec du beurre le matin ... bon bah voilà, je savais pas c que j'allais déjeuné, maintenant je sais :-)

http://100pour100soie.blogspot.com/

Marianne Ciaudo a dit…

Moi, je suis fâchée avec l'hyper spécialisation des boutiques : que des confitures, que des choux, que des meringues, que des financiers, que des madeleines... Toujours des produits assez simple à la confection et vendu au kilo à un prix exorbitant. Vu le prix des loyers rue des Martyr, pas surprenant que le tarifs soient élevés.

OUi, c'est un commentaire où je râle ^^, je ne le fais pas trop souvent. C'est juste que ce type de boutiques tend à cristalliser ce que je déteste dans la société de consommation. Ca ne me choque pas de voir des épiceries fines avec des stands de marque. Au contraire, je suis un bec fin.

Mais la multiplication de ces boutiques, souvent des franchises, qui s'installent au détriments de commerces plus généralistes, me hérissent le poil. Il y a des lois pour favoriser les commerces de bouches dans certaines rues de Paris afin d'éviter qu'elles soient défigurées par des franchises de fringues. Bref, histoire de conserver l'équilibre entre habitants et touristes. Ce type de boutiques permet tranquillou de vider la loi de son sens.

Et ça m'énerveuuuh.

Sinon, les confitures, c'est bon *_*

Share this

Related Post