samedi 15 octobre 2011

Art, design : Nicolas Cesbron - exposition In/Visibilité - 60, rue Gabriel Péri à Saint Denis



L’atelier de Nicolas Cesbron est une ancienne ferronnerie réaménagée,  à Saint Denis entre le fort de Briche et le périphérique. L’espace brut est peuplé de créatures fantasmagoriques, un bestiaire onirique, expression créatrice d’un artiste qui transcende les barrières entre réalité et imaginaire, fonction et art. Sensation d’être passé de l’autre côté du miroir. Mobiles aux allures de ptérodactyle, hybride d’éléphant et d’escargot, chaises félines dévoilent tout un monde intérieur.


Cabinet présenté au Printemps du Design à Barcelone


Il est la source de cette étrange alchimie du bois, au travers de laquelle palpite la vie. Normalien de formation, docteur en physique et coopérant en Afrique, Nicolas Cesbron est devenu artiste plasticien par vocation. Ces œuvres ont été exposées au Printemps du Design à Barcelone, à Bruxelles et en Allemagne, à Paris à l’Orangerie. A la Chapelle des Carmélites de Saint Denis, il a crée en collaboration avec Sandrine Buring, une forêt céleste de luminaires composée d’une centaine de lianes, de fleurs exotiques lumineuses qu’il a intitulé Les Fleurs de Morphée.

Fleurs de Morphée - forêt de luminaires


Tête de file du Nouvel Art Nouveau, il se place à la frontière qui sépare l’ébénisterie et la sculpture. Le terme designer le chagrine un peu. Vide de sens selon ses propres termes. Son art répond à des critères d’ergonomie, de confort mais surtout à l’évocation poétique : « Les objets que je sculpte ont une âme au-delà de la fonctionnalité ».




La forme prédéfinie du mobilier est une contrainte, ressort d’inventivité, dans laquelle s’épanouit la création qui sublime le quotidien. « La sculpture donne une dimension spirituelle à la fonctionnalité des objets. Les actes courants de la vie se transforment en rituels. » Le produit de cet art rationalisé est un peu comme un sonnet dont le carcan exalte la puissance esthétique.

Luminaire Calebasse


Pour Nicolas Cesbron, la production industrielle épuise la magie des objets. L’âme se disperse, se dilue au cours d’une production en série. L’intégration dans un processus dissipe le respect, éteint l’étincelle. « Chaque talisman doit rester unique ». Le meuble ne conserve son sens sacré qu’à condition de demeurer rare. 

Luminaire dont les sciselures ont été réalisées par Sandrine Buring


Membre actif du collectif 60 ADADA, il présente certaines de ses œuvres jusqu’au 24 octobre au 60, rue Gabriel Peri à Saint Denis dans le cadre de l’exposition In/Visibilité. Elle a pour thème "la notion d’être dans les zones d’ombres, la réalisation dans l’espace d’entre- deux  et la co-émergence."


Nicolas Cesbron
60 ADADA le petit peuple de l’art contemporain, laboratoire de création et de diffusion
60, rue Gabriel Péri – 93200 Saint Denis
Horaires : du mercredi au samedi de 14h à 18h – dimanche de 15 à 18h – fermé le lundi et mardi


4 commentaires :

Marie a dit…

Rah là là, encore un bon plan sur ce blog!
Je viens de trouver ma balade de demain...

Glycine blanche a dit…

Merci pour ces belles découvertes. Bon dimanche.

Caroline a dit…

@ Marie: j'aime beaucoup le travail de Nicolas et le collectif Adada rassemble pas mal de talents divers. Tu me raconteras si tu vas y faire un tour?

@ Glycine blanche: je t'en prie, je trouve génial que ces coups de coeur plaisent aussi à mes lecteurs, c'est vraiment sympa de pouvoir partager ça avec des personnes qui y sont sensibles :D

Cochonfucius a dit…

Nicolas Cesbron est un magicien des assemblages.

Et son petit territoire est une oasis dans les banlieues grises.

Share this

Related Post